Alliance à gauche : les dirigeants communistes continuent de plaider pour un ralliement à Mélenchon

Élections Européennes 2019

PRÉSIDENTIELLE - La gauche française est fracturée après le refus samedi des cadres du Parti communiste de rallier la candidature de Jean-Luc Mélenchon. Ce lundi sur les ondes, Pierre Laurent et Marie-Georges Buffet ont réaffirmé leur désaccord avec cette décision et plaidé pour la création d’une "gauche d’alternative" incluant le leader du Front de gauche. Les militants doivent se prononcer à la fin du mois.

Samedi dernier, la conférence nationale du PCF a voté pour une candidature communiste indépendante. Au grand dam de son secrétaire national Pierre Laurent. Alors pour essayer de convaincre les militants, qui se prononceront à la fin du mois, de voter pour un ralliement à Jean-Luc Mélenchon, il continue de plaider pour un large rassemblement de la gauche non sociale-démocrate.

Lire aussi

    "Il faut continuer les efforts pour parvenir à une candidature qui nous rassemble" a-t-il affirmé sur BFMTV ce lundi matin, de Mélenchon aux écologistes en passant par Montebourg. "Le débat est partagé chez nous (entre soutenir la candidature Mélenchon ou une candidature communiste, ndlr), en gros à 50/50. Ce week-end il a plutôt été en faveur de la candidature communiste. Je me suis prononcé en faveur d'un soutien à Mélenchon pour continuer à faire évoluer la situation", a déclaré Pierre Laurent. 

    Pour le leader communiste, qui avait lancé une pétition pour l'union de la gauche en 2017, il faut continuer cet effort. "Car d'ici février, il faut trouver les conditions d'un rassemblement plus large entre les forces de la gauche d'alternative." "Comme la gauche ne pourra pas plus être représentée par Hollande que par Macron, ça renforce ce que je dis : la gauche d'alternative doit plus que jamais se rassembler sinon cette dispersion va s'agrandir", a-t-il ajouté.

    Marie-Georges Buffet contre l'ajout d'un candidat communiste à tous les candidats de gauche

    Marie-Georges Buffet, interrogée sur LCP, est allée dans le même sens. "Je fais appel aux adhérents et aux adhérentes, c’est eux qui vont décider." "Il faut que se lève une alternative à gauche. Tout militant communiste qui se bat pour changer la vie des couches populaires devrait se poser cette question : comment je peux créer cette alternative à gauche", a-t-il plaidé. "Elle ne peut pas passer par ajouter un candidat aux candidats qui existent déjà à gauche. On ne va pas, maintenant, ajouter un candidat communiste. La candidature de Jean-Luc Mélenchon a déjà créé une dynamique avec la France insoumise. (…) Je ne peux pas penser qu’on va mettre l’intérêt partisan devant l’intérêt qui est notre idéal, c’est-à-dire changer les choses."

    Dans un post publié sur son blog, Jean-Luc Mélenchon assure que quoi qu'il arrive, "rien ni personne ne nous fera céder". "Si nous recevons du renfort on sera contents et chacun prendra son poste de combat. S’il faut recevoir encore des pierres dans le dos on fera la tortue comme d’habitude. Aucune difficulté n’est insurmontable", a-t-il écrit.

    Lire aussi

      En vidéo

      Pierre Laurent appelle les communistes à soutenir Jean-Luc Mélenchon

      Et aussi

      Lire et commenter