Anne Hidalgo en opération séduction chez les patrons

Anne Hidalgo en opération séduction chez les patrons

DirectLCI
MUNICIPALES 2014 - La candidate PS aux municipales Anne Hidalgo s'est rendue mercredi au "42", l'école numérique fondée par le patron de Free, Xavier Niel, dans le 17e arrondissement. L'occasion de défendre "l'attractivité" de Paris contre le "déclinisme" de certains patrons, avant de rencontrer les dirigeants du Medef parisien.

Anne Hidalgo en opération commando chez les grands patrons. La candidate socialiste aux municipales s'est employée mercredi à défendre "l'attractivité" et le dynamisme de la capitale lors d'une visite à "42", la nouvelle école du numérique ouverte en novembre par l'iconoclaste patron de Free, Xavier Niel. En sillonnant les vastes "open spaces" surchauffés par les ordinateurs des 900 élèves du bâtiment du boulevard Bessières (17e), côte à côte avec le dirigeant, elle est venue vanter la "modernité" de Paris et un certain "optimisme" sur l'avenir de l'économie parisienne. Et saluer les élèves du 42, "ces jeunes radieux qui ont envie de s'éclater tout en travaillant beaucoup".

Anne Hidalgo, qui devait terminer sa journée par une visite auprès des dirigeants d'entreprise du Medef parisien, est venue apporter un message. La candidate socialiste, régulièrement attaquée par sa rivale UMP, Nathalie Kosciusko-Morizet, sur le thème du "déclin" de la capitale, veut prouver aux patrons "qu'il ne manque rien à Paris pour être une ville attractive".

"Je ne crois pas au déclin de Paris"

Elle espère aussi battre en brèche le discours de certains "déclinologues" parmi les dirigeants. "Je ne crois pas au déclin de Paris, a répété la candidate. Il faut peut-être se débarrasser d'un état d'esprit, de ce pessimisme, de ce 'no future' qui entravent la capacité de créer."

"L'attractivité de Paris est due à tous ceux qui agissent pour la capitale. On peut estimer que la mairie de Paris est l'un d'eux", avance prudemment Xavier Niel. Avant d'assurer "qu'il y a à Paris une énergie" qui attire les acteurs économiques. Les liens entre le patron de Free et la municipalité ne sont pas nouveaux. Ils travaillent depuis de longs mois à la création, dans l'ancienne Halle Freyssinet (13e), du "plus grand incubateur numérique du monde". Près de 1 000 start-up devraient y être hébergées dès 2016.

Le message aux patrons sera-t-il reçu ? Peut-être, la candidate s'apprêtant à leur apporter sur un plateau la garantie qu'il n'y aurait, si elle est élue, aucune nouvelle hausse d'impôts sur les entreprises sous la prochaine mandature.

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter