Asnières : la sécurité comme enjeu-clé

Asnières : la sécurité comme enjeu-clé

ÉLECTIONS LÉGISLATIVES 2017
DirectLCI
POLITIQUE - À l'occasion des élections municipales de mars prochain, les étudiants du Celsa scrutent pour metronews le programme des candidats d'une dizaine de villes d'Île-de-France. Aujourd'hui, focus sur Asnières (Hauts-de-Seine).

À Asnières (Hauts-de-Seine), dans une campagne qui a tout du règlement de compte personnel, les candidats pour les élections municipales se retrouvent autour de certaines propositions, comme la non augmentation des impôts, mais aussi - sujet plus polémique - la vidéoprotection. Comparatif de quelques mesures présentées par les cinq principaux candidats.

> Fiscalité : le mot d'ordre commun, ne pas augmenter les impôts

Chez tous les candidats, le mot d’ordre est de ne pas augmenter les impôts locaux. Lors du premier mandat de Sébastien Pietrasanta (PS), ils avaient augmenté de 17% pour rembourser la dette de la ville selon le candidat socialiste. Il désire poursuivre la politique de désendettement en "essayant" de ne pas réaugmenter les impôts. Cyrille Déchenoix, candidat dissident de l'UMP, suspendu du parti, prévoit de réduire la dette de cinquante millions d’euros sur six ans.

Blanche Mühlmann, la candidate Modem, préconise de faire des choix en terme d’investissements et de gestion de la ville. Elle souhaite de la même manière "poursuivre l’assainissement de la dette". Comme Josiane Fischer, candidate dissidente UDI qui s’engage à ne pas demander aux Asniérois d’effort supplémentaire, notamment grâce à son programme pour l’emploi.

Manuel Aeschlimann (UMP) déclare quant à lui vouloir "améliorer l’autofinancement de la commune en stoppant la dérive des charges de fonctionnement."

> Sécurité : la vidéoprotection fait débat

Sébastien Pietrasanta (PS), Cyrille Déchenoix (dissident UMP) et Manuel Aeschlimann (UMP) espèrent augmenter le nombre de caméras de vidéoprotection. Cyrille Déchenoix a également pensé à un dispositif destiné aux commerçants, pour alerter directement les forces de l’ordre en un seul clic.
Pour Manuel Aeschlimann, il faut renforcer la capacité d’intervention de la police municipale, et prendre des arrêtés contre les attroupements agressifs dans les halls d'immeubles.

Josiane Fischer (dissidente UDI) compte revoir l’utilisation des caméras, en repensant leurs orientations et emplacements. Idem pour Blanche Mühlmann (MoDem), qui veut rendre efficient le système de vidéoprotection, sans en rajouter.

> Cadre de vie : Aeschlimann pour sanctionner les atteintes à la propreté de la ville

Pour Cyrille Déchenoix, la création d’une passerelle entre le parc Voyer d’Argenson et le parc Robinson permettrait de traverser la route nationale en toute sécurité. Il imagine aussi des rues piétonnes temporaires tous les dimanches. Manuel Aeschlimann prévoit lui aussi l’aménagement des bords de Seine, notamment du parc Robinson.

Autre préoccupation : la propreté. Le candidat UMP prévoit de sanctionner les atteintes au cadre de vie. La solution de Sébastien Pietrasanta serait plutôt de constituer une brigade de la propreté. Josiane Fischer souhaite augmenter la fréquence de nettoyage des rues, tout en menant des actions de sensibilisation.

> Logement : à droite, on réclame de la transparence dans l'attribution des logement sociaux

Le logement social regroupe beaucoup de mesures. Le maire PS sortant veut poursuivre leur construction. Cyrille Déchenoix (dissident UMP) propose de suivre leur attribution en fonction de l’évolution des revenus : les habitants qui ont désormais les moyens de se loger dans le parc privé seront aidés par la ville et devront laisser leur logement social. Manuel Aeschlimann (UMP), lui, désire travailler sur la transparence dans l’attribution des logements sociaux.

Pour Blanche Mühlmann (MoDem), la priorité est de se mettre en conformité avec l’objectif de 25% de logements sociaux fixé par la loi, en créant des zones mixtes (logements, entreprises et commerces). Josiane Fischer (dissidente UDI) annonce vouloir construire des logements diversifiés (privés, sociaux et intermédiaires), en respectant l’objectif de construction de 2400 logements d’ici à 2016 imposé par le Plan Local d’Habitat (PLH).

> Emploi : une réduction fiscale pour les entreprises qui s'installent dans la ville ?

Pour Josiane Fischer, l'objectif est de "donner confiance aux entreprises" en la capacité de la ville à développer 3 grands pôles économiques (quartier Voltaire, Grésillons et Hauts d’Asnières). Manuel Aeschlimann, lui, propose de dynamiser les services de la Maison de l’Emploi et de la Mission Locale, et de créer une bourse numérique aux stages, aux emplois saisonniers et aux contrats en alternance.

Cyrille Déchenoix espère faire bénéficier les entreprises qui s’installent à Asnières d’une réduction fiscale. Il prévoit aussi de mettre en place une navette écologique pour relier ces entreprises aux nœuds de transports (Gare, RER, Métro).

Blanche Mühlmann, quant à elle dénonce des locaux  "non adaptés" aux besoins des PME et PMI. Sa réponse : répertorier les locaux vacants et négocier avec les propriétaires pour mettre en adéquation l'offre et la demande.

Lire et commenter