Au Mans, Emmanuel Macron propose d'aider les salariés à démissionner plus facilement

Au Mans, Emmanuel Macron propose d'aider les salariés à démissionner plus facilement

COUP DE POUCE - Lors de son discours au Mans, mardi soir, Emmanuel Macron a vanté les mérites de la "mobilité" chez les salariés, proposant qu'ils puissent bénéficier de l'assurance chômage y compris en cas de démission. En contrepartie, il prône une "simplification drastique" du droit du travail.

Emmanuel Macron veut que les Français "choisissent leur vie professionnelle plutôt que de la subir". L'ex-ministre de l'Economie, en déplacement au Mans mardi soir, a égréné devant les sympathisants de son mouvement En Marche quelques propositions pour mener la "bataille" du travail, "la plus importante" selon lui. 

Pas encore candidat à la présidentielle, l'ancien conseiller de François Hollande a plaidé à la fois pour "donner plus de libertés aux entreprises" et "plus de sécurité aux travailleurs". "Si certains emplois sont voués à disparaître, il faut protéger les personnes qui les occupent en les aidant à rebondir et en leur offrant de nouvelles sécurités", a-t-il argumenté, fustigeant ceux qui "promettent tout et n'importe quoi" en voulant "protéger à tout prix les emplois". D'où son idée de favoriser la "mobilité" des salariés en "déconnectant les droits à l'assurance chômage du poste occupé" et en "ouvrant les droits pour une personne qui choisirait de démissionner, sous certaines conditions". Pour l'heure, le déclenchement de ces droits est conditionné par le licenciement du salarié, ou la rupture conventionnelle.

Il faut protéger les personnes pour leur permettre de prendre les risques qu'ils ont besoin de prendre à chaque moment important de leur vie- Emmanuel Macron

La loi Travail, en plus brut

Emmanuel Macron veut aussi de la souplesse pour les entreprises. Beaucoup. Poursuivant, quelques mois après, le débat sur la loi Travail, l'ancien patron de Bercy plaide pour une simplification "drastique" du Code du travail et pour "lever les verrous à l'embauche" qui pèsent sur les entreprises. 

Jugeant que la question des 35 heures n'est pas le vrai sujet, Emmanuel Macron estime que le chômage incompressible en France est lié aux charges qui "pèsent sur le travail", aux normes "trop rigides" et à un système de formation des apprentis "trop complexe". Dans la veine du débat sur la loi Travail, l'ancien ministre affiche clairement la couleur. Contrairement à une partie de ses anciens collègues socialistes, il estime que la négociation du travail doit désormais se faire, non pas dans le cadre d'accords collectifs, mais dans chaque entreprise.

Il faut renforcer la négociation dans l'entreprise, parce qu'elle est le bon moyen de prendre la bonne décision au bon endroit- Emmanuel Macron

Lire aussi

    En vidéo

    La nouvelle politique de Kennedy Macron

    Sur le même sujet

    Les articles les plus lus

    EN DIRECT - Covid-19 : la quarantaine obligatoire pour entrer en France étendue à sept nouveaux pays

    "Je n'avais jamais subi une telle violence" : le maire de Nice Christian Estrosi annonce qu'il quitte Les Républicains

    EN DIRECT - Procès Lelandais : "J'ai dit ce qui s'est passé", conclut l'ancien maître-chien

    Covid-19 : voisin de l'Inde, le Népal pourrait faire face à une situation encore plus incontrôlable

    Féminicide à Mérignac : "Ça s'est joué à une seconde", témoigne un voisin qui a tenté de s'interposer

    Lire et commenter

    LE SAVIEZ-VOUS ?

    Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

    Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies. > En savoir plus.