Baisse de 10% par an de la taxe d'habitation à Cannes, une promesse qui fait jaser

Baisse de 10% par an de la taxe d'habitation à Cannes, une promesse qui fait jaser

DirectLCI
MUNICIPALES – Philippe Tabarot (UMP) a promis de baisser la taxe d’habitation de 10% par an durant son mandat s’il est élu. Une proposition qui fait polémique parmi les candidats.

Durant une campagne municipale, le thème de la fiscalité locale est toujours un dossier ô combien suivi de près par les électeurs. Logique, il touche directement au portefeuille. Les élections à Cannes n’y échappent pas. L’un des candidats, Philippe Tabarot (UMP) a jeté un pavé dans la mare du débat en proposant de baisser, chaque année durant la mandature, la taxe d’habitation de 10% s’il est élu. Une promesse a priori étonnante en ces temps où la tendance est plus à la chasse tous azimuts aux dépenses qu’aux cadeaux…

"Je finance cette disposition en faisant 3% d’économie sur le budget de fonctionnement de la commune ce qui représente environ 8 millions d'euros. Or, le coût de la baisse de 10% de la taxe est de 6,5 millions", justifie-t-il. L’idée est jugée irréaliste ou déraisonnable par d’autres candidats. "Les démagogies préélectorales conduisent dans le mur, estime David Lisnard (UMP) qui préconise de ne pas augmenter les taux d’impôts locaux inchangés depuis 12 ans mais ne s’interdit pas de les baisser en cas de marge de manœuvre budgétaire. "S’il y a des excédents, précise-t-il à metronews on pourra consacrer un tiers de ceux-ci à la baisse des taxes d’habitation et sur le foncier bâti".

Le FN veut un audit

Catherine Dorten (FN-RBM) rejette aussi l’idée de M. Tabarot : "une promesse navrante. Pourquoi pas proposer 20% pendant qu’on y est, lance-t-elle. C’est sûr c’est que le premier poste que nous voulons baisser mais il faudra d’abord réaliser un audit des comptes avant de voir ce qu’il est possible de faire".

A gauche, Anne Majri (PS-EELV) annonce qu’elle ne veut toucher à rien concernant la fiscalité "mais réorienter certaines dépenses sur des options plus sociales". Une option partagée par Dominique Henrot (FDG) : "l’idée c’est de ne pas l’augmenter", dit-il. Un candidat en revanche n’est pas effrayé par une baisse immédiate de la taxe d’habitation. "Les augmenter plus ce serait difficile, ironise Jean-Pierre Villon (Alliance écologiste indépendante). Mais je pense qu’une baisse de 5% serait plus raisonnable que 10%" indique-t-il. Le débat ne fait que commencer…

Lire et commenter