Baisse du chômage : Hollande respire, l'opposition dénonce "une escroquerie"

Baisse du chômage : Hollande respire, l'opposition dénonce "une escroquerie"
Élections Européennes 2019

Toute L'info sur

La baisse du chômage, promesse risquée de Hollande

INVERSION DE LA COURBE - François Hollande s'est réjoui mardi de la baisse record du chômage en septembre, une tendance qu'il met à l'actif de ses réformes. A droite, l'interprétation des chiffres est bien différente.

Après une semaine de calvaire pour François Hollande, lâché par de nombreux soutiens et au plus bas dans les sondages, les statistiques ont offert au chef de l'Etat une occasion de reprendre son souffle mardi soir. En l'occurrence les statistiques de Pôle Emploi, selon lesquelles le chômage a diminué de 1.9% en septembre, soit la plus forte baisse mensuelle en vingt ans et à rebours des très mauvais chiffres du mois dernier.

Pour le président de la République, qui a fait de "l'inversion de la courbe du chômage" un préalable à une nouvelle candidature en 2017, il était bien sûr hors de question de laisser filer la bonne nouvelle. L'Elysée a donc choisi de réagir très vite sur Facebook, sur le ton de l'autocélébration. Le chef de l'Etat y affirme que les choix de son gouvernement "expliquent les chiffres d'aujourd'hui", tout en restant cependant prudent. "La bataille n'est pas terminée. Le chômage reste trop élevé", dit-il. 

"Ce qui compte, c'est la tendance"

Explication de texte de l'entourage de François Hollande pour LCI : "90.000 chômeurs en moins depuis le début de l'année, c'est beaucoup. On peut parler de baisse, ce n'est pas simplement une stabilisation. Mais ce qui compte, c'est la tendance. Il faut maintenant enclencher un cercle vertueux". Sur Twitter, message identique de Manuel Valls, qui veut "poursuivre" la bataille. "Notre politique économique porte ses fruits", se targue le chef du gouvernement. 

En vidéo

VIDÉO - Baisse du chômage : "Un message de fierté" pour Manuel Valls

Lire aussi

    Quant à la ministre du Travail, Myriam El Khomri, elle a salué "le troisième trimestre consécutif, ce qui ne s'était pas observé depuis 2008". Son entourage reste toutefois prudent pour le mois prochain : "Depuis 18 mois, le yoyo est parfois fort, parfois faible". 

    NKM sceptique

    Sans surprise, l'analyse de l'exécutif est loin d'être partagée dans l'opposition. Interrogé sur BFMTV, le député Eric Woerth, soutien de Nicolas Sarkozy, a fustigé une "escroquerie" 

    Quand on fait baisser un peu ce qu'on a beaucoup fait augmenter avant, c'est une escroquerie- Eric Woerth

    Pour l'ancien ministre du Budget, "François Hollande, c'est un million de chômeurs de plus en trois ans. Comment peut-on dire que c'est un pari réussi quand tant de gens souffrent du chômage ?" Au "Grand Journal" de Canal +, la candidate à la primaire Nathalie Kosciusko-Morizet s'est montrée également sceptique : "Je ne crois pas", dit-elle, "que quelques mois d'éclaircies, après 4 ans très durs, ça suffise". 

    Plus mesuré, le sénateur LR Bruno Retailleau a reconnu sur Europe 1 que "si cette baisse est confirmée, c'est une bonne chose", tout en prévenant qu'il  fallait "être très prudent avec les chiffres". Cela fait au moins un, dans l'opposition, à se réjouir des chiffres mensuels de Pôle Emploi. 

    Lire aussi

      En vidéo

      Chiffres du chômage : le sénateur UMP Jean-Baptiste Lemoyne "invite tout le monde à rester calme"

      En vidéo

      Chômage : 66.300 demandeurs en moins en septembre, un chiffre record

      Sur le même sujet

      Et aussi

      Lire et commenter

      Alertes

      Recevez les alertes infos pour les sujets qui vous intéressent