Bernard Tapie se met à table avec les candidats marseillais

Bernard Tapie se met à table avec les candidats marseillais

DirectLCI
MUNICIPALES. Bernard Tapie, patron du journal La Provence, va animer une émission de web TV diffusée sur le site internet du journal. Dès mercredi soir, il interviewera un candidat à la mairie de Marseille en tête à tête au cours d’un diner. Nom de code : "Tapie se met à table".

Il l’avait juré la main sur le cœur : la politique, on ne l’y reprendrait plus. Bernard Tapie, ancien ministre de la Ville sous François Mitterrand, clame haut et fort ses distances avec la chose politique . Le nouveau patron du journal La Provence a alimenté nombre de questions pour son implication supposée dans la municipale marseillaise. Il a toujours dit non et pourtant, il va s’y plonger.

Ce ne sera pas comme on l’imaginait, en candidat ou conseiller mais en journaliste pour une émission de Web TV diffusée sur le site internet du journal : "Tapie se met à table". Dès mercredi, et dans l’ordre, les principaux candidats à la mairie de Marseille Patrick Mennucci (PS), Stéphane Ravier (FN), Jean-Claude Gaudin (UMP), Pape Diouf (SE) et Jean-Marc Coppola (Front de gauche) seront cuisinés par l'homme d'affaires.

Tapie et les candidats à la mairie se mettent à table

"Leur jeunesse, peur parcours, peurs passions, leurs valeurs. 52 minutes d’intimité pour tout savoir sur l’homme qui se cache derrière le candidat". Les émissions seront enregistrées lors de diners en tête à tête au cercle des nageurs de Marseille. La diffusion est prévue chaque soir à 20h45. L'émission survivra d'ailleurs aux municipales, sous un autre format.

Bernard Tapie parle "d’interview citoyenne" dans les colonnes de son journal. Il aurait décidé de faire cette émission car selon lui, "l’électeur doit bien connaître les candidats". L’ancien patron de l’OM aurait ainsi "fait faire des sondages montrant que ce n’est pas le cas". Le choix de réaliser l’entretien au cours d’un repas répond selon l’homme d’affaire à la volonté "d’une conversation et non d’une confrontation ou d’un interrogatoire" se défend Bernard Tapie.

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter