Bordeaux ambitionne de devenir une métropole européenne

Bordeaux ambitionne de devenir une métropole européenne

DirectLCI
ECONOMIE - D’ici à 2030, la population de la Communauté urbaine de Bordeaux devrait atteindre le million d’habitants.

Bordeaux n’est plus "la belle endormie", où il fait bon vivre. Aujourd’hui, la capitale de l’Aquitaine caracole dans le peloton de tête des classements : première destination privilégiée des jeunes cadres parisiens (étude Cadremploi en mars 2013), deuxième ville française la plus attractive pour une implantation d’entreprises d’après une enquête CSA en 2012… Et ce n’est qu’un début. De nombreux grands projets structurants vont la faire entrer dans une nouvelle ère.

Bordeaux-Paris en deux heures

Ainsi, en 2016, Bordeaux aura une Cité des civilisations du vin, un "pharaonique" musée international de 14 000 mètres carrés et de 50 mètres de haut, qui attend 400 000 visiteurs par an. Un nouveau pont – Jean-Jacques Bosc –, un nouveau stade de football et une grande salle de spectacles de 10 000 places vont également voir le jour dans les prochaines années. Et l’université de Bordeaux, sélectionnée par l’Etat dans le cadre du " plan campus ", devrait devenir l’une des meilleures en France.
L’économie bordelaise va elle aussi franchir un cap. La LGV Tours-Bordeaux , qui mettra Bordeaux à deux heures de Paris mi-2017, facilitera l’implantation de sociétés de services à Bordeaux et de cadres parisiens. Parallèlement a été lancée, le quartier d’affaires « Euratlantique », une opération d’intérêt national : 300 000 m² de bureaux, 40 000 m² de commerces, 15 000 nouveaux logements sur 738 hectares autour de la gare.

"En province, la décennie sera bordelaise"

Le cap est fixé : devenir une métropole européenne d’un million d’habitants en 2030 (soit 250 000 habitants de plus dans l’agglomération). Le maire, Alain Juppé , veut construire 60 000 logements au cours des vingt prochaines années. De son côté, la Communauté urbaine de Bordeaux a lancé un programme pour la réalisation de 50 000 logements. L’un des atouts de Bordeaux est d’avoir de très nombreuses friches industrielles – 476 hectares – ne serait-ce que de Bordeaux-Nord jusqu’à la gare Saint-Jean. Les quartiers Nord (Bassins à flot, Bacalan) et la rive droite (Bastide), si longtemps dénigrés, sont en pleine renaissance. Signe de ce dynamisme, la ville a été classée première ville française où il faut investir dans l’immobilier neuf (baromètre Explorimmoneuf de mai 2012). Pour Vincent Feltesse, le président PS de la Communauté urbaine de Bordeaux (CUB) et candidat à la mairie de Bordeaux, c’est une évidence : "En Province, la décennie actuelle sera bordelaise. Peu de villes concentrent autant de projets".

Lire et commenter