Bordeaux : face à Juppé, la mission impossible de Vincent Feltesse ?

Bordeaux : face à Juppé, la mission impossible de Vincent Feltesse ?

ÉLECTIONS LÉGISLATIVES 2017
DirectLCI
POLITIQUE - Même s’il risque d'être largement battu aux municipales par Alain Juppé à Bordeaux, le candidat socialiste sera candidat à sa succession à la présidence de la CUB (Communauté urbaine de Bordeaux)

Vincent Feltesse sait qu’il part de très loin. Alain Juppé n’a jamais eu une cote de popularité aussi forte en France. A l’inverse, le président PS de la Communauté urbaine de Bordeaux n’existe pas sur la scène politique nationale. Et, le fait d’appartenir au parti au pouvoir, d’avoir dirigé la campagne numérique de François Hollande, ne le porte pas vraiment... Le challenge est de taille. D’autant, que la ville est dirigée par la droite et un ancien Premier ministre depuis 1947.

Cet historien de formation, également diplômé d’HEC a donc lancé sa candidature très tôt, le 5 juin. Depuis, il enchaîne les ateliers de proximité, les porte-à-porte, les tweets, les propositions pour "dévoiler la face cachée" du bilan d’Alain Juppé. Vincent Feltesse "attaque" en particulier sa politique culturelle, principal point noir de la mandature. Surtout, il dénonce une ville à deux vitesses, celle des belles façades et celle des quartiers "oubliés".

Miser sur la jeunesse

Et tente désormais de démontrer qu’Alain Juppé est en fin de cycle dans la cité de Montesquieu. "Il n’a pas de programme pour construire le Bordeaux de demain", estime ce "jeune" élu de 46 ans, qui se présente comme le symbole d’une nouvelle classe politique. Vincent Feltesse promet un nouveau Bordeaux, "plus dynamique, plus ouvert, plus solidaire". Mais, le message peine à passer auprès des électeurs. Ici, tout le monde s’accorde à dire que Bordeaux s’est "transformée" ces dix dernières années.

Résultat, sa campagne ne "décolle" pas. En coulisses, certains s’interrogent sur son devenir politique. Serait-il vraiment légitime à briguer à nouveau la présidence de la CUB en cas de lourde défaite à Bordeaux, alors qu’il ne serait plus que conseiller municipal ? "Oui, il y a unanimité au sein du PS sur le sujet", assure-t-il.

2020 dans le viseur

Sur la rive droite de la Garonne, quelques élus comme Alain David, maire de Cenon, ne l’entendent pas de cette oreille et attendent leur heure. L’avenir dira s’il a fait un "bon calcul" en démissionnant de son poste de maire de Blanquefort pour devenir le député suppléant de la ministre en charge des Personnes âgées, Michèle Delaunay - qui sera numéro 2 sur sa liste - et se rapprocher de Bordeaux. En vérité, Vincent Feltesse se positionne pour les prochaines municipales en 2020. Mais, d’ici là l’UMP pourrait "parachuter" sur Bordeaux une figure nationale pour succéder à Alain Juppé…

Lire et commenter