Bordeaux restera-t-elle accessible aux familles ?

Bordeaux restera-t-elle accessible aux familles ?

DirectLCI
LOGEMENT - Alain Juppé et Vincent Feltesse espèrent faire revenir les familles en centre-ville, en augmentant la production de logements sociaux et en favorisant l’accession à la propriété

Bordeaux s’est métamorphosé ces dix dernières années. Les quais ont été rénovés, les belles façades des immeubles de l’hyper-centre restaurées. Cette transformation a été consacrée par un classement au patrimoine mondial de l’Unesco en 2007. Et, conséquence logique, les prix de l’immobilier ont plus que doublé en dix ans. C’est désormais la cinquième ville la plus chère de France.

En moyenne, le prix du mètre carré d'un appartement ancien oscille entre 3.000 et 3.500 euros. On est encore loin des 8.290 euros le mètre carré parisien. Mais, près de la célèbre rue Sainte-Catherine, dans les anciens locaux du journal Sud-Ouest, on voit désormais émerger des programmes immobiliers à 7 500 euros le mètre carré !

60 000 nouveaux logements dans les 20 ans

A l’heure, où Bordeaux veut devenir une métropole millionnaire en 2030 et va accueillir 250 000 nouveaux habitants , l’un des principaux enjeux sera donc de lutter contre la spéculation immobilière . A cet effet, le maire Alain Juppé veut construire 60.000 logements dans les 20 prochaines années. 55% seront "aidés" (20% en accession sociale à la propriété et 35 % à loyer modéré).

Car, actuellement, il n’y a que 16,5% de logements sociaux. "L’une des priorités est d’aider les jeunes familles à devenir propriétaires, afin de maintenir une population active en centre-ville", explique Elizabeth Touton, adjointe au logement. Aujourd’hui, seulement 31% des Bordelais sont propriétaires.

Autre objectif: faire la "chasse" aux logements "vides". "Bordeaux est l’une des villes où le taux d’habitant est le plus faible, avec 1,7 personne par logement", déplore Elizabeth Touton. Rien que dans le centre historique, 1.700 appartements vacants ont été identifiés, soit 7% du parc sur cette zone.

"Convaincre les familles de revenir vivre en centre-ville"

L’objectif est de rénover 10.000 logements. A cet effet, la mairie a mis à profit le programme national de requalification pour des quartiers anciens dégradés dans les secteurs de Saint-Eloi, Saint-Michel et Sainte-Croix.

De son côté, Vincent Feltesse, le président PS de la CUB, a lancé l’opération "50 000 logements" à 500 mètres des axes de transports. Avec à la clé, 45% de logements en accession à prix maîtrisés, 30% de logements locatifs sociaux, et 25% de logements "libres". Le prix de commercialisation ne devrait pas dépasser 2 500 euros du mètre carré "pour convaincre les familles de revenir vivre en centre-ville".

Sur le même sujet

Lire et commenter