Bretagne : une élue FN suspendue par le parti après des propos homophobes et islamophobes

Élections Européennes 2019
DirectLCI
POLÉMIQUE - Le Front national a suspendu l'élue bretonne Catherine Blein et lui a retiré son investiture aux législatives après la révélation de messages islamophobes, xénophobes et homophobes publiés sur les réseaux sociaux.

"Catherine Blein est désavouée, elle ne sera pas candidate aux législatives". Une élue du Front national dans les Côtes-d'Armor, qui avait été investie pour les législatives, a été suspendue du parti ce vendredi. La raison ? Des propos tenus sur les réseaux sociaux. Le site internet BuzzFeed a révélé jeudi que Catherine Blein, 71 ans, s'était répandue pendant plusieurs années en propos anti-musulmans, anti-juifs et anti-homosexuels sur ses comptes Facebook et Twitter. 


"Honte à l'islam qu'il faut éradiquer de notre sol par 'principe de précaution'", écrivait-elle ainsi sur Twitter le 28 juin 2015, selon le site. 

Merci a l'UMP et au Medef d'avoir fait entrer 250.000 immigrés chaque année (...) merci à l'UMP d'aller prendre ses ordres chez les franc-macs et l'association des Juifs de FranceCatherine Blein

Dans un post du 24 octobre 2013, cette fois sur Facebook, Catherine Blein avait aussi écrit : "Merci a l'UMP et au Medef d'avoir fait entrer 250.000 immigrés chaque année (...) merci à l'UMP d'aller prendre ses ordres chez les franc-macs et l'association des Juifs de France." Cette élue s'est également indignée de l'hommage national rendu au policier tué fin avril sur les Champs-Elysées par un djihadiste présumé, en estimant que "toutes les occasions sont bonnes de faire entrer l'homosexualité dans nos vies".


En quête de "dédiabolisation", le parti d'extrême droite a dans le passé exclu d'autres candidats, sanctionnés pour avoir diffusé des messages du même ordre. En mars, un responsable frontiste dans les Alpes-Maritimes a ainsi été suspendu du parti et exclu de son groupe au conseil régional Provence-Alpes-Côte d'Azur pour avoir tenu des propos révisionnistes dans un documentaire.

En vidéo

Marine Le Pen sur la démission de Jean-François Jalkh : "Je crois qu'il a été extrêmement affecté par la diffamation dont il a fait l'objet"

Théorie du "grand remplacement"

Interrogée sur ses propos par BuzzFeed, l'élue affirme souscrire à la théorie du "grand remplacement", selon laquelle la population française blanche serait volontairement remplacée petit à petit par une population immigrée. "Évidemment que c'est programmé ! C'est fait dans le but de créer une espèce de race... une mixité qui nous fera disparaître en tant que peuple blanc européen", explique-t-elle.


A la suite de l'article de BuzzFeed, la conseillère régionale expliquait ce vendredi sur son compte Facebook qu'elle maintenait ses positions : "En nous battant pour la France c'est aussi POUR VOUS que nous nous battons...". 

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter