"Cabinet noir" de l’Elysée : comment le camp Fillon a décidé d'alerter la justice

ÉLECTIONS LÉGISLATIVES 2017
COURRIER - Six responsables LR ont envoyé ce lundi une lettre au procureur de Paris et au procureur national financier pour signaler des "infractions" commises, selon eux, par l'exécutif et qui figurent dans le livre "Bienvenue Place Beauvau". Interrogé par LCI, Bruno Retailleau, sénateur de la Vendée et président du Groupe Les Républicains (LR) au Sénat, réclame l'ouverture d'une enquête.

"Les courriers sont partis ce matin (ndlr : lundi) à 9h30 de Vendée. Ils arriveront à destination ce soir ou demain", indique ce lundi après-midi à LCI un collaborateur de Bruno Retailleau, sénateur de la Vendée et président du Groupe Les Républicains (LR) au Sénat. 


Les courriers, ce sont les lettres de saisine cosignées par six responsables LR (Bruno Retailleau, mais aussi le sarkozyste Christian Jacob, l'ancienne juppéiste Valérie Pécresse, Philippe Bas, Nathalie Kosciusko-Morizet et Luc Chatel, porte-parole du candidat Fillon) et adressées à François Molins, procureur de la République de Paris et Eliane Houlette, procureur national financier. Ces lettres dénoncent, selon eux, des "infractions" commises les signataires par l'exécutif et pointées du doigt par le livre Bienvenue Place Beauvau

"Des avocats ont contacté les nôtres"

D'où vient l'initiative ? "L’idée ne vient ni de moi ni de François Fillon, assure Bruno Retailleau lui-même à notre rédaction.  Ce sont des avocats qui ont contacté les nôtres, dont Antonin Lévy, après avoir lu le livre. Pour eux, ce qu’ils étaient en train de découvrir était tout simplement stupéfiant et ils ont voulu réagir".


Interrogé sur le nombre d’avocats ayant "planché" sur l’ouvrage d’Olivia Recasens, Didier Hassoux et Christophe Labbé, Bruno Retailleau parle d’un "pool", sans donner vraiment de précision. "Je ne peux pas vous dire s’ils étaient 6, 7 ou dix. Mais ils ont travaillé dur, de vendredi à dimanche. L’équipe a travaillé en réseaux, avec un ouvrage dans sa version électronique. Au fil des pages, ils ont relevé les infractions, en ont fait une première liste puis une deuxième…Ils ont achevé le travail dans la journée du 26 mars". 

"Une douzaine d'infractions"

Les robes noires ont donc dressé un tableau, avec d'un côté des extraits du livre et la page où ils figurent et de l'autre la ou les qualifications pénales qu'ils retiendraient pour cela". 


"Les avocats ont relevé pas moins d'une douzaine d'infractions pénales,  parmi lesquelles la 'violation du secret de l'enquête et de l'instruction', la 'divulgation intentionnelle de données confidentielles', la 'collecte frauduleuse de données à caractère personnel", la 'corruption des autorités judiciaires'...C'est beaucoup, souligne Bruno Retailleau. Nous demandons que la lumière soit faite. Car soit les journalistes ont menti et alors il faut que cela soit prouvé. Ou alors ils n'ont pas menti et ces faits sont avérés et c'est excessivement grave pour le fonctionnement de la République française et de notre démocratie. Dans tous les cas, les Français ont le droit de savoir".  Quoi qu'il en soit, les six élus LR signataires de la lettre de saisine réclament l’ouverture d’une enquête. 

En vidéo

"Le cabinet noir ? Bien sûr qu'on y croit !"

En vidéo

"L'histoire du cabinet noir, c'est une grosse fumisterie"

"D’autres avocats nous contactent encore"

Quatre jours après la sortie du livre Bienvenue Place Beauvau et après l’intervention de François Fillon au sujet de cet ouvrage, le président du groupe LR au Sénat affirme qu’aujourd’hui encore que des robes noires contactent le groupe pour signaler des infractions. "Nous recevons encore aujourd’hui des mails ou coups de fils d’avocats qui confirment ce que les avocats avaient relevé ce dimanche. Tout le monde est mobilisé. Il faut que justice soit faite et que vérité soit dite ", conclut Bruno Retailleau

Tout savoir sur

Tout savoir sur

L'affaire Penelope Fillon

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter