Ce patron écrit à ses 4500 salariés pour les avertir des risques que le FN ferait peser sur leur entreprise

Ce patron écrit à ses 4500 salariés pour les avertir des risques que le FN ferait peser sur leur entreprise

ÉLECTIONS LÉGISLATIVES 2017
DirectLCI
ENGAGE - Jean-Luc Petithuguenin, le fondateur d’une société spécialisée dans le recyclage des déchets, a décidé de prendre publiquement position sur la présidentielle, en alertant ses salariés sur le risque que les positions du FN feraient peser sur leur entreprise.

Il est rare que les PDG affichent aussi clairement leurs positions. Mais Jean-Luc Petithuguenin, le président de Paprec, groupe de 4500 personnes spécialisé dans le recyclage des déchets, a pourtant décidé de donner de la voix, contre le FN. Dans un courrier envoyé à ses salariés, il explique à ses employés pourquoi le FN constitue un danger pour l’économie de la France, mais plus spécialement pour son entreprise. Il explique ce mardi dans Le Monde le pourquoi de sa démarche. 

Son programme aberrant a de quoi ruiner la FranceJean-Luc Petithuguenin

Alors que certains sondages placent désormais Marine le Pen en position de diriger le pays, il se dit "très préoccupé" dans les colonnes du quotidien : "Son programme aberrant a de quoi ruiner la France (...) L’application des propositions du Front national aurait, je le pressens, des conséquences catastrophiques pour toute l’industrie française", estime-t-il. 


Dans son courrier, envoyé le 23 mars, il se concentre sur l’impact "direct" sur son entreprise. "S’il était appliqué, ce programme constituerait la plus grave menace que puisse connaître notre groupe dans les mois et les années à venir."

Et il n’exagère pas, prévient le PDG, pointant les conséquences d'une sortie de l'euro. Son entreprise s’est en effet beaucoup développée, avec 25 % de croissance par an pendant plus de vingt ans. Mais "une partie de cette expansion a été financée par endettement", explique Jean-Luc Petithuguenin. "Notre dette nette, cotée sur les marchés, est aujourd’hui un peu supérieure à 500 millions d’euros. Si, demain, la France abandonne l’euro, je doute que nos créanciers acceptent d’être remboursés en francs. Et si le nouveau franc se dévalue de 15 % ou 25 %... "


Outre le volet économique, Jean-Luc Petithuguenin s'inquiète aussi de l'aspect social du programme du FN, en craignant que la lutte contre le "travailleur immigré" ne conduise à "des ratonnades et ce genre de choses".

Une charte de la laïcité dans son entreprise

Mais s'il s'exprime aussi librement - ce qui est rare dans le milieu économique-, le paron assure ne pas donner de consignes de vote, mais se contenter "d'informer" son personnel. Sa prise de position publique a d'ailleurs été validée en comité exécutif. 


Diplômé de l'Essec en 1979, et après une carrière qui l'a conduit de la chimie, aux travaux publics en passant par la Générale des Eaux, Jean-Luc Petithuguenin, Franc-comtois très engagé contre les discriminations, a repris l'entreprise de recyclage des déchets Paprec en 1995 et en a fait le numéro 3 français du secteur, employant 4.500 personnes de "plus de 35 nationalités différentes", vante le dirigeant. Il a été l’un des premiers à faire adopter en 2014 dans son entreprise une charte de la laïcité et de la diversité. 

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter