Ce que François Fillon reproche à la justice

CHARGE FRONTALE - Au cours de sa prise de parole devant la presse mercredi 1er mars, François Fillon n'a pas manqué de se montrer offensif à l'égard des magistrats et de la justice. A raison ? Le 20h vous aide à y voir un peu plus clair...

Pour François Fillon, une certitude : depuis un mois maintenant, il est victime d'un "coup d'état institutionnel".  Selon le candidat de la droite à la présidentielle, tous les ingrédients sont réunis. Il y a cette enquête, tout d'abord, qui progresse "trop vite" selon lui. Le candidat a dénoncé la précipitation avec laquelle elle avait été ouverte.  Un "assassinat politique" n'a-t-il pas hésité à dire, mercredi 1er mars, lors de son allocution devant la presse en annonçant sa mise en examen prochaine. 


De là à se déclarer victime d'une cabale judiciaire ? Pas si sûr, lorsque l'on regarde d'autres affaires : dans le cadre  des Panama Papers ou encore des FootballLeaks, le PNF a toujours ouvert ses enquêtes rapidement. Virginie Duval, présidente de l'Union syndicales des magistrats (USM) réagit : "On a des faits qui ont été révélés par la presse et il est normal et plutôt sain pour notre démocratie qu'une enquête se déroule". 

Tout savoir sur

Tout savoir sur

Fillon candidat de la droite pour 2017

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter