"Charlie Hebdo" appelle les candidats à la présidentielle à respecter la laïcité

"Charlie Hebdo" appelle les candidats à la présidentielle à respecter la laïcité
Élections Municipales 2020

MISE EN GARDE - L'hebdomadaire satirique, qui estime que la laïcité est "attaquée", lance mercredi 22 février un appel à destination des candidats à l'élection présidentielle, dans lequel il leur demande de s'engager formellement à ne pas modifier la loi de 1905.

La laïcité, pour Charlie Hebdo, ce n’est pas en option. Dans son édition à paraître mercredi 22 février, l’hebdomadaire demande aux candidats à la présidentielle de ramener la laïcité au centre des débats. "Ce n'est pas juste un outil, c'est d'abord un principe politique qui est inscrit dans la Constitution", a expliqué le rédacteur en chef du journal, Gérard Biard, mardi 21 février.

"Si rien ne change, Marine Le Pen va être la seule candidate à parler ouvertement de laïcité, ce qui pose de sérieux problèmes car son parti à des liens notoires avec les catholiques intégristes et elle propose d’offrir de nouvelles facilités à l'enseignement privé hors-contrat, qui est en majorité religieux", regrette M. Biard.

Une loi particulièrement mise à mal en 2016

L’appel publié par Charlie Hebdo, et qui sera envoyé à tous les candidats, rappelle que "jamais, depuis le vote de la loi de 1905, la laïcité n'a été autant attaquée ou instrumentalisée. De procès en 'islamophobie' en remise en cause du droit à l'avortement, de revendications communautaires en Manif pour tous, de 'mode du burkini' en 'racines chrétiennes', de 'particularismes culturels' en 'défense de l'identité', jamais les affaires publiques n'ont été autant à la merci des ingérences religieuses, menaçant la liberté de conscience et l'égalité des droits".

Charlie Hebdo demande donc aux candidats de "s'engager clairement" sur trois points : "Ne pas modifier, de quelque manière que ce soit, la loi du 9 décembre 1905 sur la laïcité", "ne jamais introduire dans la législation, sous quelque forme que ce soit, des aménagements particuliers à l'égard d'une communauté religieuse", et "ne jamais introduire, de quelque manière que ce soit, un délit de blasphème dans la législation".

Tout était dit dès 1905

L'hebdomadaire rappelle qu'il a "une légitimité à poser ce genre de questions, parce que s'il s'est produit ce qu'il s'est produit le 7 janvier 2015, c'est justement parce qu'on a lâché depuis trop longtemps la question fondamentale de la laïcité comme principe politique", estime Gérard Biard, en référence à l'attaque au siège du journal qui a coûté la vie à douze personnes.

L'appel, publié sur la double-page centrale, sera accompagné d'illustrations d'articles de la loi de 1905. "Ces articles montrent que cette loi n'a rien laissé au hasard, elle aborde très précisément ce que peut faire un pouvoir religieux dans l'espace public", précise M. Biard.

En vidéo

Emmanuel Macron : "Ne cédons rien" sur la laïcité

Lire aussi

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

CARTE - Quels sont les 54 départements soumis au couvre-feu ?

EN DIRECT - Covid-19 : la France franchit le cap du million de cas depuis le début de l'épidémie

Coronavirus : "On ne parle pas d’une vague mais d’une marée haute qui risque de durer des mois"

Comment Bertrand-Kamal a quitté "Koh-Lanta : les 4 Terres" à la surprise générale

"Des femmes qui n'aiment pas les hommes" : les propos de Maïwenn sur les féministes ne passent pas

Lire et commenter

Alertes

Recevez les alertes infos pour les sujets qui vous intéressent