Claude Bartolone : "La meilleure façon de montrer qu'on aime la République, c'est de voter"

Claude Bartolone : "La meilleure façon de montrer qu'on aime la République, c'est de voter"

DirectLCI
INTERVIEW - A quelques jours du premier tour des élections régionales, metronews a rencontré Claude Bartolone, tête de liste socialiste en Ile-de-France. Attentats, citoyenneté, sécurité : le président de l'Assemblée nationale a répondu à nos questions.

Dimanche prochain, les Français sont appelés aux urnes pour le premier tour des élections régionales. Dans le contexte si particulier de cette campagne fortement marquée par attentats du 13 novembre, metronews réalise une série d'interviews de candidats. Aujourd'hui, Claude Bartolone, tête de liste socialiste en Ile-de-France.

À LIRE AUSSI
>> Marion Maréchal-Le Pen : "Si le FN ne réussit pas en Paca, nous serons tricards pour 30 ans"

>> Après DPDA, le caprice de Marine Le Pen envers metronews

Claude Bartolone n'a jamais quitté ses habits de président de l'Assemblée nationale, quatrième personnage de l'Etat, pour faire campagne. D'ailleurs, dans cette France meurtrie par les attentats de Paris, a-t-il pu faire campagne ? Quelles réponses une région peut-elle donner à ce drame ?

Nous lui avons posé six questions. Voici ses réponses :

► Sa campagne interrompue par les attentats

Le président de l'Assemblée nationale a accompagné François Hollande, le 13 novembre au soir, aux abords du Bataclan . "J'ai vu ces survivants [du Bataclan] qui dans le regard avaient vu l'enfer. Je me voyais mal dans cette période de deuil et de souffrance repartir comme si de rien n'était."

► Le cumul des mandats

Claude Bartolone est régulièrement visé par ses adversaires pour avoir gardé son siège de président de l'Assemblée nationale durant sa campagne . "La droite veut abolir la loi qui a été votée par l'actuelle majorité contre le cumul des mandats. Elle doit être honnête avec elle-même. Dans le passé, je n'ai l'ai pas entendu dénoncer de multiples cas de cumuls."


► La lutte contre le djihadisme

Dans son programme, Claude Bartolone parle de citoyenneté et veut créer un service civique obligatoire pour les Franciliens. "Un bon moyen d'isoler ces individus radicalisés, c'est de construire encore plus, localement, la République et la solidarité. A travers le service civique, je veux renforcer l'appartenance à la République et couper ces individus qui tombent dans les bras du terrorisme de la société."

► La sécurité des voyageurs

Le gouvernement installe des portiques de sécurité aux abords des trains Thalys  pour détecter les individus armés. Pourquoi les banlieusards n'y auraient pas droit, comme le propose la candidate LR Valérie Pécresse? "Les portiques de sécurité dans les gares (proposés par la droite, ndlr), c'est une dimension technique qui ne permet pas d'obtenir des résultats […] Je propose d'améliorer la réponse de sécurité en créant un corps unique des agents de sécurité […] et en renforçant la présence humaine."

► Sur Emmanuel Macron et les fonctionnaires

Claude Bartolone revient sur son rapport avec la gauche, critiquant notamment ceux qui "s'excusent d'être de gauche". Des mots qui visent notamment les propos récents du ministre de l'Economie sur les fonctionnaires. "J'ai eu l'occasion d'en parler avec Emmanuel Macron. Je lui ai dit : 'Attention, le service public, c'est le patrimoine de ceux qui n'ont pas de patrimoine.' Il faut que l'on soit attentif à ce qui relève du patrimoine génétique de la gauche."

► Le succès annoncé du FN

La gauche s'est-elle résignée à un succès historique du FN les 6 et 13 novembre ? "Je n'arrive pas à me faire à l'idée que nos compatriotes qui ont été tellement marqués par ce vendredi ne puissent pas venir donner un coup de main à la République. La démocratie ça s'entretient, la République on l'aime."

À LIRE AUSSI >> Mode de scrutin aux régionales : du pain bénit pour le FN ?

 

EN SAVOIR + >> Notre page spéciale pour les régionales

Lire et commenter