Claude Bartolone, "le parrain de Seine-Saint-Denis", se présente au Pré-Saint-Gervais

Claude Bartolone, "le parrain de Seine-Saint-Denis", se présente au Pré-Saint-Gervais

ÉLECTIONS LÉGISLATIVES 2017
DirectLCI
MUNICIPALES 2014 - Le président PS de l'Assemblée nationale Claude Bartolone a annoncé dimanche sa participation aux municipales de mars prochain au Pré-Saint-Gervais (Seine-Saint-Denis). Dans sa ligne de mire : la direction de la métropole du Grand Paris.

Le président de l'Assemblée Nationale a de l'ambition. Et il n'est pas du genre à s'en cacher. Alors que depuis plusieurs mois, l es rumeurs le donnaient de plus en plus intéressé par le Grand Paris , Claude Bartolone a confirmé ses ambitions dans l'émission C'politique, sur France 5.

"Croyez-moi, je vais m'intéresser au Grand Paris, quel que soit le poste (..) c'est la porte d'accès à la France dans le cadre de la mondialisation", a-t-il déclaré, en évoquant au passage son souhait d'y accueillir les "Jeux Olympiques" ou une "exposition universelle" en 2025.

"J'arrêterai d'être député"

Et puisque pour candidater à ce poste, un ancrage municipal est nécessaire, il envisage de se présenter au Pré-Saint-Gervais, la commune dans laquelle il a déjà été maire. "J'ai proposé au maire du Pré-Saint-Gervais ma candidature. On va voir…", a répondu le député de Seine-Saint-Denis et ancien président du conseil général. La ville est dirigée depuis 2008 par le socialiste Gérard Cosme , qui lui a succédé.

Comme on lui faisait remarquer que s'il dirigeait le Grand Paris, il cumulerait, il a répondu : "Je suis persuadé que celui ou celle qui prendra la responsabilité du Grand Paris ne pourra avoir que ce mandat", compte tenu du travail à faire d'ici à la création de Paris métropole en 2016. Et l'élu a montré qu'il était motivé : il a précisé que s'il devait occuper ce poste il "arrêterait même d'être député".

Le "parrain" du 93

M. Bartolone a justifié d'avoir versé 200 000 euros, provenant de son enveloppe issue de la réserve parlementaire , à la mairie du Pré-Saint-Gervais pour la "réfection du square Jean-Moulin". "Ce projet a été jugé digne d'intérêt (..) Ca fait très longtemps que je suis député et moi, jusqu'à présent, je n'ai jamais eu la réserve parlementaire et mes électeurs m'ont toujours élu", a-t-il dit.

Depuis quelques mois, celui que l'on surnomme " le parrain" de Seine-Saint-Denis livre un autre combat, un peu plus souterrain. Le socialiste tente en effet de barrer la route aux communistes, qui détiennent encore quelques villes dans le département. Il a placé de nombreux proches dans des communes symboliques, comme Saint-Denis, La Courneuve ou Montreuil.

Sur le même sujet

Lire et commenter