Climat très tendu à Marseille avant le deuxième tour des municipales

Climat très tendu à Marseille avant le deuxième tour des municipales

DirectLCI
MUNICIPALES - Le directeur de campagne de Patrick Mennucci aurait été victime de menaces de mort ce jeudi. Un exemple qui illustre le climat de tension dans ces derniers jours de campagne des élections municipales.

A mesure que le scrutin décisif approche, la tension monte d’un cran à Marseille entre les équipes de campagne. Outre les attaques sur les réseaux sociaux , la violence se traduit ces derniers jours sur le terrain. Intrigué jeudi après-midi par l’activité de colleurs d’affiches dans le VIIème arrondissement, le directeur de campagne du Parti socialiste, Yves Botton, peut en témoigner. Selon lui, les militants tagguaient de noir le visage de Patrick Mennucci.

Depuis son véhicule, Yves Botton ordonne aux 9 hommes de stopper leurs dégradations. En réponse il se serait fait copieusement insulter. Rapidement, la situation s’envenime. Le directeur de campagne prend la fuite mais est poursuivi par ses agresseurs, sur des 2 roues. "On sait où te trouver, on va te crever, on va te tuer", lui auraient lancé les colleurs d’affiche.

Une plainte au commissariat

Un exemple qui illustre les menaces entre les équipes de campagne de différents bords. La veille, un homme qui collait des bandeaux mettant en cause une alliance entre Jean-Claude Gaudin et Jean-Noël Guérin i sur des affiches dans le centre-ville de Marseille, a été pris en flagrant délit par des militants UMP.

Ces derniers l’ont d’ailleurs escorté jusqu’au commissariat. "Ce n'était pas du tout un de nos colleurs", se défend toutefois l'équipe de Patrick Mennucci. De son côté, Yves Botton a décidé de déposer une plainte. Le parquet a été mis au courant de cette l’affaire.
 

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter