Combien coûtent les propositions des candidates PS et UMP ?

MUNICIPALES – L’institut Montaigne a chiffré quelques-unes des propositions des deux candidates aux élections municipales à Nantes, Laurence Garnier et Johanna Rolland.

212 propositions pour Nantes, de la part de la PS Johanna Rolland, environ 70 pour l’ UMP Laurence Garnier . Chaque candidate aligne ses priorités. Mais combien cela coûtera-t-il à la Ville de Nantes ? L’institut Montaigne, un think-tank indépendant , a chiffré certaines des propositions formulées par les deux femmes, pour "apporter, dans le cadre des élections municipales, un éclairage sur les enjeux du scrutin et les finances publiques locales de dix grandes villes françaises".

Parmi les propositions étudiées, force est de constater que la candidate de droite aligne les plus fortes dépenses. Les grands projets urbains de Laurence Garnier sont ainsi passés au crible. La construction d’une cité des sciences et de l’industrie Jules-Verne est ainsi estimée à 18 , 8 millions d’euros. La transformation de la tour Bretagne en phare Bretagne coûterait, elle, 20 millions. Mais la plus grosse dépense parmi les propositions étudiées serait le plan de végétalisation de la ville et la réalisation d’une coulée verte sur les bords de Loire de Malakoff à Chantenay : 110 millions d’euros.

Dur de comparer les deux programmes

Ses mesures en matière fiscale coûtent également cher : la baisse du taux de la taxe d’habitation de trois points est chiffré 396 millions d’euros, et celle de la taxe foncière à 36 millions d’euros.
Mais Laurence Garnier réalise des économies via d’autres mesures, comme le développement du logement intergénérationnel (2,8 millions d’euros) ou la baisse de 10% des subventions accordées aux associations (34 millions d’euros).

Bien que Johanna Rolland, sa concurrente , présente aussi dans son programme des grands projets, comme le réaménagement des bords de Loire, ou l’aménagement de la Petite-Hollande, l’institut Montaigne s’est concentré sur des mesures plus sociales de la candidate. Ainsi, la construction de 2 000 logements sociaux est évaluée à 10 millions d’euros, la création de places en crèche à 33, 6 millions, ou encore la création de place de stationnement à 11 millions. Un autre de ses axes est le développement du numérique : développer ce type d’équipement dans tous les établissements scolaires est chiffré 2, 9 millions d’euros. Enfin, une des mesures révélatrice de son inflexion par rapport à l’ère Ayrault, en matière de sécurité, est la mise en place de vidéoprotection. Il en coûterait à la Ville 1, 2 millions d’euros.
 

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

Décès de Gaspard Ulliel : ce que l'on sait sur les circonstances de l'accident de ski

Disparition de Gaspard Ulliel : qui est sa compagne Gaëlle Pietri, mère de leur fils Orso ?

EN DIRECT - Restrictions sanitaires : Jean Castex et Olivier Véran détailleront le calendrier de levée des mesures à 19h

Grève des enseignants : à quoi faut-il s'attendre pour la manifestation de ce jeudi ?

Maroc : le parquet antiterroriste ouvre une enquête après "l'assassinat" d'une touriste française

Lire et commenter
LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies.