Combien va coûter (et rapporter) la primaire de la droite et du centre ?

ÉLECTIONS LÉGISLATIVES 2017
FAISONS LES COMPTES - Les citoyens votent dimanche pour le premier tour de la primaire de la droite et du centre. La participation est de 2 euros par électeur et par tour pour équilibrer les frais d'organisation. La primaire va-t-elle s'autofinancer ? Où ira cet argent en cas d'excédent ? Eléments de réponse.

Les sympathisants de droite et du centre étaient appelés ce dimanche à se rendre dans les bureaux de vote afin de départager les sept candidats de la primaire présents au premier tour. Pour chacun des deux tours, ils vont verser 2 euros au titre des frais d'organisation. 

Lire aussi

Ce scrutin inédit pour un grand parti de droite français soulève naturellement de nombreuses questions relatives à son financement. Que sait-on déjà sur ce sujet ? LCI fait le point.

Combien coûte l'organisation de la primaire ?

La Commission nationale d'organisation, présidée par Thierry Solère, a rappelé dimanche son estimation du coût total de la primaire. Il est situé "entre 6 et 9 millions d'euros". Le parti Les Républicains a d'ores et déjà avancé 5 millions d'euros. Des montants à ne pas confondre avec l'argent engagé par les sept candidats eux-mêmes pour leurs meetings et leurs déplacements de campagne. 


Pour couvrir les frais d'organisation, il est donc demandé à chaque électeur de payer 2 euros (pas plus, les dons supérieurs étant interdits) pour chacun des tours, soit 4 euros pour un votant qui se déplacerait les deux fois. Selon les organisateurs, le scrutin s'autofinancera à partir de 2 millions d'électeurs par tour. Si 3 millions d’électeurs participaient pour chacun des tours, le gain sera substantiel : 12 millions d'euros. L'argent sera déposé sur un compte à La Banque postale, sous la responsabilité de la Haute Autorité de la primaire. 

Que se passera-t-il si la primaire rapporte plus que prévu ?

Si le palier des 2 millions de votants par tour est franchi, ce qui semblait bien parti ce dimanche, l'argent gagné servira, selon les organisateurs, non pas à "renflouer les caisses des Républicains", mais à financer la campagne présidentielle du candidat qui aura remporté la primaire. Afin de montrer patte blanche dans le cadre des plafonds légaux des comptes de campagne, ceux de la primaire seront publiés et certifiés "à l'euro près". 


Cela dit, plus il y aura d'argent pour le candidat désigné à la présidentielle, moins le parti aura à en avancer. Cela signifie donc que les électeurs de la primaire participent indirectement à la bonne santé financière des Républicains. 

Que se passera-t-il si la primaire est un échec ?

La participation citoyenne à la primaire est cruciale pour la droite. Si les recettes n'étaient pas au rendez-vous, le manque à gagner plomberait tout simplement la campagne officielle du futur candidat de la droite. Il devrait alors en effet aller chercher des subsides ailleurs.

Et après, cet argent pourra-t-il être remboursé ?

Les électeurs qui donneront 2 euros à chaque tour de la primaire ne seront pas remboursés. De la même façon, selon le guide de la Commission nationale des comptes de campagne, les dépenses engagées pour l'organisation de la primaire ne pourront en aucun cas figurer dans les comptes de campagne du futur candidat de la droite. 


En revanche, les gains éventuels de la primaire qui seront reversés au candidat de la droite serviront donc à financer sa campagne. Ils pourront ainsi figurer dans ses comptes de campagne, et lui permettre de bénéficier d'un remboursement public dans le respect des plafonds légaux. 

Lire aussi

En vidéo

Premier tour de la primaire de la droite : quels enjeux ?

En vidéo

Primaire à droite : ce qu'il faut savoir sur les modalités du vote

Tout savoir sur

Tout savoir sur

Fillon candidat de la droite pour 2017

Plus d'articles

Lire et commenter