[Côté off] Charles Beigbeder, l'odeur du napalm au déjeuner

[Côté off] Charles Beigbeder, l'odeur du napalm au déjeuner

ÉLECTIONS LÉGISLATIVES 2017
DirectLCI
MUNICIPALES 2014 - Conférences de presse, bruits de couloirs et dérapages incontrôlés, avec "Côté off", metronews vous emmène dans les coulisses de la campagne municipale parisienne. Jeudi midi, Charles Beigbeder déjeunait avec quelques journalistes. Et pour leur détailler ses mesures, il avait préparé des fiches aux noms... éloquents.

Charles Beigbeder aime respirer l'odeur du napalm dès le déjeuner. Le candidat dissident de la droite parisienne est en guerre contre la gestion financière de Bertrand Delanoë à la mairie de Paris et il entend bien le démontrer. Jeudi, l'homme d'affaires a organisé un déjeuner en compagnie de journalistes.

Il a prévu quelques fiches pour ne rien oublier des mesures ultra-libérales qu'il entend mettre en place à Paris . L'une d'elle est consacrée au bilan financier de la mairie de Paris. Avec un titre accrocheur : "Napalm", du nom de cette substance utilisée pendant la Seconde Guerre mondiale et la guerre du Vietnam notamment, qui brûle et colle à la peau. La métamophore est claire : il faut faire feu sur la gestion Delanoë.

"Gabegie le magnifique"

Et si les choses n'étaient pas assez limpides, Charles Beigbeder s'est également fendu d'une petite référence littéraire, avec une formule "choc" qu'il a répétée à l'envi : "Delanoë ou gabegie le magnifique", en référence à Gatsby le Magnifique, de Francis Scott Fitzgerald, l'histoire d'un millionnaire oisif vivant de fêtes. "Delanoë est un roi fainéant dans son palais", enfonce le candidat. En 1980, l'usage du napalm a été interdit par une convention des Nations unies. De là à dire que Charles Beigbeder utilise des armes non-conventionnelles dans la campagne... 

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter