Côté off : pour les dissidents de l'UMP, la politique est (aussi) une histoire de garde-robe

Côté off : pour les dissidents de l'UMP, la politique est (aussi) une histoire de garde-robe

DirectLCI
MUNICIPALES 2014 - Conférences de presse, bruits de couloirs et dérapages incontrôlés... Avec "Côté off", metronews vous emmène dans les coulisses de la campagne municipale. Ce mardi, Charles Beigbeder lançait "Paris libéré", une liste pour fédérer les "déçus" de NKM, en prenant pour emblème la marguerite. L'occasion pour certains d'oser quelques excentricités vestimentaires.

En politique, il faut soigner la forme autant que le fond. Et Charles Beigbeder, le nouvel ennemi de Nathalie Kosciusko-Morizet l'a bien compris en décidant d'organiser sa première conférence de presse en face de la mairie de Paris  ce mardi matin.

L'homme à la cravate fleurie

Comme d'habitude, l'homme d'affaires était tiré à quatre épingles. À ses côtés, Géraldine Poirault-Gauvin, candidate dans le 15e, avait revêtu une veste d'un bleu éclatant, qui rappelait la couleur de l'UMP. Mais c'est à Serge Federbush, candidat dans le 10e arrondissement, que l'on devait la plus belle audace vestimentaire. L'élu arborait en effet une cravate couverte de marguerites (voir photo), symbole de son nouveau courant. "Je l'ai trouvée en 24 heures ! se félicite l'élu. Je me souvenais bien qu'elle était dans mon placard mais j'ai mis un peu de temps à remettre la main dessus."

Il n'a pas précisé en revanche, s'il la portera chaque jour de la campagne jusqu'en mars prochain.

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter