Darmanin regrette les "bêtises" dites au sujet du mariage pour tous : opération déminage au sein du gouvernement

DirectLCI
REGRETS - Le ministre de l'Action et des Comptes publics, critiqué pour son opposition au mariage pour tous en 2013, est revenu sur sa position depuis son entrée au gouvernement, bien aidé par ce dernier.

C'est une des missions les plus difficiles auxquelles s'attèlent Emmanuel Macron et Edouard Philippe depuis leur arrivée aux affaires : réussir à concilier des ministres aux positions bien différentes, du fait de leur histoire et de leur appartenance politique. L'anti-nucléaire Nicolas Hulot et l'ancien d'Areva Edouard Philippe. L'anti-CSG Bruno Le Maire et le pro-augmentation Emmanuel Macron. Une gageure, surtout quand on exige de ces derniers une loyauté au gouvernement et une discrétion dans l'expression de leurs divergences.

Mini-tempête contre le gouvernement

Un nouvel exemple ressort, ces derniers jours, avec les prises de position de Gérald Darmanin au temps du débat sur le mariage pour tous. Le ministre de l'Action et des Comptes publics, député du Nord à l'époque, ferraillait dur à l'Assemblée nationale pour empêcher l'adoption du texte et ne manquait pas d'égratigner le projet de loi porté par Christiane Taubira. Il avait ainsi promis que, lui maire de Tourcoing - il le deviendrait en 2014 -, il ne célébrerait pas "personnellement" de mariages entre deux hommes et deux femmes.

Ces prises de position sont évidemment revenues aux oreilles de l'exécutif, le 18 mai, à l'occasion de la nomination du gouvernement. Parmi les réactions, des accusations d'homophobie à l'encontre du tout frais ministre, notamment de la part de la candidate aux élections législatives Caroline de Haas, laquelle avait également eu la dent dure contre Emmanuel Macron. "Ça dit d'Emmanuel Macron que l'égalité des droits n'est pas un élément structurant de sa pensée politique. [...] Manifestement, l'homophobie n'est pas une ligne jaune pour Emmanuel Macron", s'était désolée celle qui a déjà commencé à se mobiliser contre la réforme à venir du code du travail, lors de l'émission ".pol".

Rétro-pédaler... et minimiser

Devant la levée de boucliers, le gouvernement n'est pas resté sans réagir. En deux temps. D'abord par la voix du principal intéressé, qui ne ménage pas ses efforts pour noyer le poisson. D'abord avec une interview à La Voix du Nord, datée du 20 mai, dans laquelle il explique n'avoir "jamais adhéré à la Manif pour tous", assure "qu'il ne faut pas remettre en cause le mariage homosexuel" (il avait promis son abrogation en 2014) et s'est excusé pour son engagement à ne pas marier deux personnes du même sexe : "Cette déclaration est abrupte et je regrette si elle a pu blesser."


Rebelote auprès du Point vendredi 26 mai où, interrogé pour savoir s'il marierait aujourd'hui deux hommes ou deux femmes, il a répondu : "Oui, je le referais. Je le ferais d'autant plus que je regrette ce tweet qui était malvenu et dont je peux comprendre qu'il ait pu blesser. Le manque d'expérience pousse parfois à dire des bêtises. Je considère que la droite a fait l'erreur de ne pas instituer un contrat d'union civile quand elle était au pouvoir. C'était pourtant dans notre projet de 2007. Mon mandat de maire m'a fait évoluer sur ce sujet. J'ai appris la complexité de la vie et à manier avec prudence les certitudes."


Ensuite, grâce au service après-vente assuré par le gouvernement, par la voix du très exposé Christophe Castaner, porte-parole du gouvernement, ce vendredi sur France Info. Interrogé sur le sujet, le secrétaire d'Etat aux Relations parlementaires s'est employé à minimiser le grand écart de son collègue (en même temps que de trouver "du talent" à Cyril Hanouna). "J'ai échangé avec lui et, en gros, il reconnaît que dans ce débat parlementaire, on a tous dit des bêtises. [Et] moi aussi, certainement." Une bienveillance qui n'est pas bien passée non plus :

De la difficulté, donc, de réunir des positions opposées. Christophe Castaner en a visiblement conscience, puisqu'il a également assuré que Gérald Darmanin avait célébré des mariages depuis cette déclaration. Contactée par Le Lab, la mairie de Tourcoing n'a pas pu certifier que cela avait été le cas mais que "si l'occasion se présente dans les semaines à venir, il les célébrera"...

Retrouvez l'actualité politique sur notre page spéciale


Retrouvez vos candidats aux législatives et leurs résultats sur notre carte interactive

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter