Débarquée de la liste UMP du 18e, une élue règle ses comptes avec NKM

Débarquée de la liste UMP du 18e, une élue règle ses comptes avec NKM

DirectLCI
MUNICIPALES 2014 - Roxane Decorte, ancienne tête de liste UMP en 2008 dans le 18e arrondissement de Paris, ne digère pas d'avoir été éliminée de la campagne de Nathalie Kosciusko-Morizet. Elle monte une liste dissidente dans l'arrondissement et ne retient plus ses coups contre la candidate à la mairie de Paris.

La liste des dissidences n'en finit pas de se rallonger à l'UMP. Débarquée sans ménagement mercredi de la campagne de Nathalie Kosciusko-Morizet, l'ex-numéro 2 de la liste dans le 18e arrondissement promet désormais les foudres de l'enfer à la candidate de la droite aux municipales.

Roxane Decorte, 43 ans, ex-tête de liste de l'UMP dans le 18e en 2008, avait à peine reçu le coup de fil fatidique de la candidate qu'elle annonçait son intention de créer une liste dissidente face à celle de Pierre-Yves Bournazel dans le 18e. "Le 21 décembre, j'étais encore 2e sur la liste, fulmine la conseillère de Paris contactée par metronews. Ce mercredi 1er, je reçois un appel où l'on me propose en échange de devenir collaboratrice du groupe UMP à l'Hôtel de Ville. Je suis née et élue dans le 18e !"

Accord entre l'UMP et le centre

La conseillère de Paris semble avoir fait les frais d'accords entre l'UMP et le centre, qui ont choisi de la remplacer par Fadila Mehal (Modem). Dans les rangs de l'UMP, on préfère justifier cette éviction tardive par le passé judiciaire de Roxane Decorte, condamnée fin 2011 à quatre mois de prison avec sursis et 3.000 euros d'amende pour avoir détourné plus de 30.000 euros d'une association d'aide au maintien à domicile des personnes âgées du 18e, dont elle était la présidente.

"Elle était un boulet pour NKM, assure un cadre de l'UMP. On ne peut pas confier la gestion des derniers publics à une personne condamnée après avoir reconnu sa culpabilité. D'autant que NKM avait dit qu'elle ne prendrait pas sur sa liste de personnes ayant fait l'objet d'une condamnation importante."

"NKM a le syndrome du parachutage"

Roxane Decorte, qui avait pourtant été investie dans l'arrondissement aux législatives de juin 2012, ne le voit pas du même œil. "Si une personne était au courant de cette histoire, c'est bien NKM. Alors pourquoi étais-je encore sur la liste de l'UMP le 21 décembre ? Et pourquoi Jacques-Yves Bohbot, condamné à douze mois avec sursis dans l'affaire des faux électeurs du 3e, a-t-il toujours une place dans le 19e ?"

Dans la foulée d'autres élus de la capitale, dont Géraldine Poirault-Gauvin , dissidente dans le 15e, Roxane Decorte n'a plus de mot assez dur à l'égard de NKM. "Elle a le syndrome du parachutage, lance l'élue. Comme elle est elle-même parachutée, elle veut que cela soit le cas pour les autres. NKM ne parvient pas à atteindre les Parisiens. Au moins, Françoise de Panafieu (candidate de l'UMP en 2008) était respectueuse des personnes."

Victime de ses origines

L'élue du 18e, "fille de père inconnu élevée par sa grand-mère" dans le quartier où elle vit toujours, se dit même victime d'un lynchage en raison de ses origines sociales. "Si j'avais été la maîtresse d'un homme influent, cela m'aurait aidée !"

Selon un élu UMP, Roxane Decorte avait été maintenue jusque là sur les listes de l'UMP parce qu'elle était "protégée par les fillonnistes" sur fond de rivalité Fillon-Copé. Privée de soutien, la candidate aurait été lâchée en rase campagne. Cette dernière l'assure pourtant : "J'ai des relais, des encouragements. Je vais monter une liste 100% 18e. Moi, ce que j'aime, c'est la politique."

Plus d'articles

Sur le même sujet