Immigration, terrorisme... : tour d'horizon des intox du FN pendant la campagne présidentielle

Immigration, terrorisme... : tour d'horizon des intox du FN pendant la campagne présidentielle

FESTIVAL - On a atteint des sommets durant cette campagne, en matière de diffusions d'intox sur les réseaux sociaux et les plateaux TV. En bonne place du classement figure le Front national, qui a largement contribué à relayer de fausses informations. A quelques heures du débat qui va opposer Emmanuel Macron et Marine Le Pen, on a recensé quelques-unes de ces "fake news".

Durant cette campagne, il y a eu des candidats, des débats... et des intox. Au coude-à-coude avec les têtes d'affiche, rumeurs et fausses informations ont occupé une place à part entière dans la campagne présidentielle. Massivement relayées sur les réseaux sociaux, affirmées avec aplomb sur les plateaux TV au cours d'interviews, elles ont peut-être même contribué certains d'entre vous à voter pour tel(le) candidat(e) plutôt qu'un(e) autre... 

Dans le cadre du projet collaboratif CrossCheck, nous avons tenté de faire le point sur ces intox venues polluer le débat public. Parmi elles, une immense proportion était l'oeuvre de l'extrême droite, et du Front national. 

Toute l'info sur

La chasse aux intox

Le FN "aurait évité les attentats"

Premier exemple : l'intox de Marine Le Pen selon laquelle "le FN aurait évité les attentats", déclinée à propos des différentes attaques terroristes qui ont frappé la France. Pour étayer sa théorie, la candidate frontiste affirme que si elle était au pouvoir, "les fichés S étrangers seraient immédiatement expulsés". Or, elle semble oublier que le terroriste de Nice ou encore Saïd Kouachi... n'étaient pas fichés S. 

Lire aussi

L'administration Obama a "fait usage du Muslim ban"

Non, Barack Obama n'a pas appliqué, comme Donald Trump, le "Muslim ban" - cette mesure controversée consistant à interdire l'accès au territoire américain aux ressortissants de plusieurs pays à majorité musulmane. C'est pourtant ce qu'a affirmé Marine Le Pen, à plusieurs reprises, recyclant l'intox d'une conseillère du nouveau président américain. En réalité, l'administration Obama avait ordonné  en 2010 un réexamen du dossier des 58.000 Irakiens installés aux Etats-Unis. Il n'a pas été question de leur interdire l'accès au pays. 

Lire aussi

Au gouvernement "on disait le plus grand bien d'Al-Nosra il y a quelques mois"

Cette intox-là bénéficie d'une garde partagée entre Marine Le Pen et François Asselineau. Tous deux en effet l'ont ressortie durant leur campagne afin de discrediter le gouvernement PS, affirmant que Laurent Fabius avait affirmé par le passé que l'organisation terroriste "Al-Nosra" faisait "du bon boulot". Il s'agit en réalité d'une citation dévoyée récupérée dans une interview du Monde. Plus tard, l'ex ministre s'est à nouveau expliqué sur ce dossier, et a affirmé : "il faut faire très attention (...) parce que des rapports nous indiquent qu'ils ont un lien avec Al-Qaïda".

Lire aussi

Marine Le Pen et "les manœuvres des médias"

Le documentaire ne plaisait pas au Front national, alors il en tiré une intox. Courant mars 2017, après que la chaîne C8 a diffusé un reportage sur le FN, plusieurs huiles du parti ont relayé une capture Facebook assurant qu'un militant se revendiquant raciste et homophobe était en réalité... un ingénieur de Canal+. Dans les faits, et apr-s vérification, le jeune homme apparaissant dans le documentaire est bien un militant, qui n'a jamais travaillé pour Canal+. A l'origine de la méprise, un élu local a reconnu "ne pas avoir vérifié l'information avant de la relayer".

Lire aussi

La campagne de Macron "financée par l'Arabie Saoudite"

Le sujet était alléchant... mais faux. Marion Maréchal-Le Pen a relayé sur Twitter un article provenant prétendument du Soir.be et affirmant que la campagne d'Emmanuel Macron était financée à 30% par l'Arabie Saoudite. En réalité, le site en question était un faux créé de toutes pièces. 

Lire aussi

Voix off et lumières tamisées... quand le FN se prend pour Envoyé Spécial

Il fallait bien faire diversion. Pendant la diffusion d'une émission d'Envoyé Spécial consacrée au Front national, des militants frontistes ont commencé à relayer, sur Twitter, l'extrait de l'interview d'un journalioste de France Télévisions s'avouant, à visage couvert, à la botte de Macron. Néanmoins, plusieurs éléments permettent de contester l'authenticité de ce "témoignage". Si David Rachline, contacté, nous assure avoir "déniché" la vidéo "sur Internet", il est selon nos vérifications le premier à l'avoir mise en ligne.

Lire aussi

"On va tous vous égorgé" : la curieuse lettre de menace relayée par le FN du Gard

Une lettre pleine de fautes d'orthographe et de menaces. Voici ce que dit avoir reçu un collaborateur de Marion Maréchal-Le Pen à la permanence FN du Gard.  Contacté pour en savoir plus, ce militant n'a pas souhaité nous répondre et a fini par supprimer son tweet. Du côté de la permanence, on répond à LCI "ne jamais avoir rien reçu de tel". Cette lettre est-elle authentique ? Le doute est (largement) permis.

Lire aussi

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

EN DIRECT - Sans le nommer, Emmanuel Macron critique Eric Zemmour sur les prénoms

Diagnostics énergétiques : mauvaise surprise pour les propriétaires

Éric Zemmour sur LCI : nous avons vérifié 6 de ses déclarations

REVIVEZ - PSG-Manchester City (2-0) : la soirée magique de Paris, premier but de Messi

Déremboursement des tests : esquiver le pass sanitaire jusqu'au 15 novembre, une stratégie viable ?

Lire et commenter
LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies.