On a mangé à La Rotonde... comme Emmanuel Macron

On a mangé à La Rotonde... comme Emmanuel Macron
Élections Municipales 2020

REPORTAGE - Pour fêter sa qualification dimanche soir, Emmanuel Macron avait convié ses proches dans la brasserie parisienne La Rotonde, dans le quartier Montparnasse, où il a ses habitudes. Mais que mange-t-on de bon dans cet établissement fréquenté jadis par Prévert et Hemingway ? Suivez le guide.

Le ballet des serveurs commence. Il est midi et les premiers gourmands ont déjà pris place sur les banquettes rouge bordeaux du restaurant La Rotonde. Une clientèle composée majoritairement de retraités, de touristes asiatiques et de travailleurs. Certains ont les yeux plongés dans les colonnes du Figaro, de Libération ou du Monde Diplomatique. Mais depuis dimanche soir, "les curieux et les caméras du monde entier affluent dans l’établissement", nous assure en souriant une jeune serveuse tout de noir vêtue. 

Située à proximité de la gare Montparnasse, cette brasserie a en effet attiré l’attention depuis qu’Emmanuel Macron y a fêté sa qualification au second tour, dimanche soir. D’aucuns ont d’ailleurs rapidement fait la comparaison avec le Fouquet’s, où Nicolas Sarkozy avait fêté son élection à la présidence en 2007, suscitant une vive indignation dans l’opinion publique. "C’est la meilleure brasserie de Montparnasse, pointe une retraitée BCBG attablée avec deux amis. On y mange bien, mais ce n’est pas du tout le même type d’établissement que Le Fouquet’s". 

Lire aussi

Sans chichis

Ici, on est en effet reçu sans chichis par des serveurs affublés du traditionnel trio chemise blanche, cravate et gilet de costume noir. Sur les murs s’étalent boiseries, velours rouge et tableaux-portraits. Les tables recouvertes de nappes blanches sont éclairées par la lumière laiteuse des lustres et lampes art déco disséminés un peu partout dans l'établissement où les conversations des visiteurs se mélangent dans un brouhaha continu. 

Côté cuisine, la brasserie propose des incontournables de la gastronomie française à des prix plutôt élevés (côte de bœuf pour deux à 79 euros, foie gras et pain grillé à 21 euros, sole meunière à 48 euros). Mais les clients du midi peuvent opter pour une formule à 20 euros comprenant plat, boisson et  café. Ce mercredi, le coquelet à l’estragon et la marmite de poissons semblent remporter un franc succès. 

En vidéo

Macron à la sortie de la Rotonde : "Je n'ai pas de leçons à recevoir du petit milieu parisien"

De nombreux électeurs ne font pas la différence entre le Fouquet’s et la Rotonde- Un client

Après une profonde réflexion, nous optons pour un tartare de bœuf aller-retour et un verre de brouilly. En attendant la viande, on dépose sur notre table un bol d’olives, une corbeille de pain et une petite portion de beurre "Président". A la bonne franquette, en somme. 

Tout au long du service, la sonnerie mélodieuse du téléphone de l’accueil retentit à intervalles réguliers. De leur côté, les serveurs courent dans tous les sens pour accueillir les clients qui affluent. "Le diner de Macron nous a fait beaucoup de publicité. Mais nous n'en avions pas besoin, nous sommes bondés tous les jours", observe notre serveuse. 

Au bout d’une dizaine de minutes, un tartare mastoc arrive sur la table, accompagné de frites maison et de salade. Tout est frais et savoureux et se marie parfaitement avec les arômes fruités du brouilly. Après une tasse de café, l’addition s’élève à 30 euros. 

Il est donc temps de retourner à la rédaction, la panse bien remplie. Mais notre voisin de table, retraité lui aussi, tient à nous faire part de son analyse avant notre départ. Selon lui, l’ancien ministre de l’Economie a fait une erreur de communication dimanche soir : "Il n’aurait pas dû venir ici. De nombreux électeurs ne font pas la différence entre le Fouquet’s et La Rotonde et cela pourrait lui retomber dessus". Un faux-pas, alors ? Réponse le 7 mai prochain. 

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

CARTE - Quels sont les 54 départements soumis au couvre-feu ?

EN DIRECT - Covid-19 : la France franchit le cap du million de cas depuis le début de l'épidémie

Coronavirus : "On ne parle pas d’une vague mais d’une marée haute qui risque de durer des mois"

Comment Bertrand-Kamal a quitté "Koh-Lanta : les 4 Terres" à la surprise générale

"Des femmes qui n'aiment pas les hommes" : les propos de Maïwenn sur les féministes ne passent pas

Lire et commenter

Alertes

Recevez les alertes infos pour les sujets qui vous intéressent