Caricature, costumes et Turquie : le point sur le week-end politique

CAMPAGNE - En pleine polémique sur la venue d'un ministre turc en campagne à Metz, ce dimanche, François Fillon a accusé le président Hollande de rompre "la solidarité européenne", alors que les Pays-Bas et l'Allemagne avaient refusé sa visite. Sur ce thème, Emmanuel Macron a réclamé de son côté une coordination des gouvernements européens.

Enfin une campagne normale ? Pas tout à fait. François Fillon, encore lui, se fait encore tailler... un costume. 48 500 euros auraient été réglés dans une boutique de luxe par de généreux donateurs depuis 2012. "Et alors?", rétorque le principal intéressé. Sur un plan purement politique, le candidat de la droite a accusé le président François Hollande de rompre "la solidarité européenne", alors que les Pays-Bas et l'Allemagne avaient refusé sa visite d'un ministre turc, finalement atterri à Metz. 


Sur ce thème, l'homme fort de cette campagne, Emmanuel Macron, le rejoint : "Il fallait une position commune. Je condamne les dérives du gouvernement turc. Il ne faut aucune complaisance avec ces dérives"... Lors de son passage au 20H de TF1, le candidat d'En Marche ne s'est d'ailleurs longtemps épanché sur les attaques et dérapages dont il a été récemment coupable et a préféré dérouler son programme politique. Preuve que la campagne reprend peu à peu ses droits.

Tout savoir sur

Tout savoir sur

Benoît Hamon, candidat du PS à la présidentielle

Sur le même sujet

Lire et commenter