Que va défendre Bernard Cazeneuve, éphémère Premier ministre, dans les cinq mois qui viennent ?

DirectLCI
PREMIERE LOGE - Le nouveau Premier ministre tiendra son discours de politique générale ce mardi après-midi devant les députés. Au programme : "protection" des Français, "redressement" et... avenir du pays. Ou comment tenir en équilibre entre un bilan à défendre et une campagne qui arrive.

Bernard Cazeneuve sera le plus éphémère Premier ministre de la Ve République. Mais durant les cinq mois qui lui sont alloués avant l'élection présidentielle, l'ex-premier flic de France ne compte pas pour autant chômer. C'est le message qu'il compte marteler mardi, à 15 heures, lors de son discours de politique générale devant les députés. 

Lire aussi

Le nouveau chef du gouvernement, qui a remplacé un Manuel Valls parti en campagne, peaufine son discours depuis vendredi. Il devrait s'employer à faire la démontration que ces cinq mois peuvent être utiles, que "chaque jour compte", indique-t-on à Matignon. Pas d'annonces en vue, mais "une vision, une méthode, des principes". L'enjeu est complexe : défendre le bilan de François Hollande tout en épaulant la campagne du futur candidat de la gauche, et tout particulièrement de Manuel Valls, qui porte la parole du quinquennat. 

Priorité à la sécurité

Pour l'essentiel de son discours, Bernard Cazeneuve ne devrait pas être très dépaysé. En effet, l'ancien ministre de l'Intérieur consacrera la plus grande partie de son intervention à la "protection des Français". Il sera avant tout question de la sécurité face au terrorisme - les députés ont voté lundi 12 décembre en commission une nouvelle prolongation jusqu'au 15 juillet de l'état d'urgence -, mais aussi de "protection" des Français au sens large : défense de la Sécurité sociale, du système de santé, de la fonction publique et du rôle de l'Etat... Des prises de position qui devraient cibler directement le projet du candidat de la droite, François Fillon, qui souhaite réduire fortement le nombre de fonctionnaires et modifier le système de santé actuel.


Selon les informations recueillies par LCI, Bernard Cazeneuve devrait également assurer le service après-vente du quinquennat en vantant les premiers signes du redressement du pays et les résultats des mesures prises par les gouvernements Ayrault puis Valls. Il complétèra l'intervention à l'Assemblée nationale en fixant un cap pour les derniers chantiers du quinquennat, sur l'environnement et la transition énergétique, l'éducation, les sciences et les "investissements d'avenir".

Eviter une guerre interne

Bernard Cazeneuve aura enfin la lourde tâche de maintenir à flot un gouvernement forcément tiraillé par les enjeux de la primaire, puis de la présidentielle. Pour cela, le discours de mardi s'apparentera à un appel "à la mobilisation totale et au rassemblement". A ses ministres, le chef du gouvernement a déjà annoncé la couleur : "La priorité, c'est l'action gouvernementale". Ils pourront tout à fait exprimer leur préférence pour tel ou tel candidat à la primaire. Mais pas question que les débats ne dégénèrent en pugilat. 


L'exécutif sera d'ailleurs attendu au tournant. Selon les premiers éléments communiqués, la droite attaquera logiquement, mardi, le bilan de François Hollande, mais aussi la faible marge de manoeuvre du gouvernement Cazeneuve, avec pour fil rouge cette question : "Pourquoi ferait-il en quatre mois ce qu'il n'a pas fait en quatre ans" ? 

En vidéo

Cazeneuve devant le parlement : une opposition farouche mais une majorité soudée autour de son nouveau leader

Lire aussi

En vidéo

La petite blague de Cazeneuve sur son CDD de 5 mois à Matignon

Plus d'articles

Lire et commenter