Diversité dans les équipes municipales : peut mieux faire !

Diversité dans les équipes municipales : peut mieux faire !

DirectLCI
ENQUETE – Selon une étude dévoilée ce mercredi par le think tank République et diversité et le Cran, onze des cinquante plus grandes villes de France n'ont aucun adjoint issu de la diversité. La parité est, elle, davantage respectée.

A quatre jours du scrutin, l’étude tombe évidemment à pic. Le think tank République et diversité et le Conseil des associations noires de France (Cran) ont dévoilé ce mercredi que onze des cinquante plus grandes villes, dont Lyon et Bordeaux, n'ont aucun adjoint issu des minorités visibles. Plus précisément, les personnes de type "non européen" occupent 9 % des postes d'adjoints, 7 % sont d'origine maghrébine, 2 % noires et 0,11 % d'origine asiatique.

"Cela témoigne d'une évolution plutôt positive dans la vie politique, mais on reste en deçà des 12 % de la population française issue des minorités visibles, explique Thiaba Bruni, la porte-parole du Cran. Il est inconcevable dans des villes cosmopolites que l'exécutif soit aussi peu à l'image de la population." A titre d’exemples, Saint-Denis, Nanterre, Argenteuil ou Roubaix ont plus de 30 % d'adjoints "non blancs", quand Paris et Grenoble sont dans la moyenne. Onze villes, dont Lyon, Bordeaux, Toulon, Nîmes, Rennes, n'en ont aucun.

Seulement cinq femmes sont maires

Les deux associations demandent donc "une loi sur la diversité qui impose un quota de 10 % de candidats issus de la diversité, comme il y a eu une loi sur la parité." En l'absence de statistiques ethniques, les auteurs du décompte se sont fondés sur les photos des adjoints, leur patronyme et leur pays natal. Outre les disparités géographiques, ils ont relevé des différences entre partis : le PC a 16 % d'adjoints "non blancs", le PS et les écologistes 10 %, l'UDI-Modem 5 % et l'UMP 4 %.

En revanche, à la faveur des lois sur la parité, les femmes se sont fait une place au sein des exécutifs municipaux, avec 49 % des postes d'adjoints au maire, selon ce recensement. Toutefois, on ne compte que cinq femmes parmi les maires (à Lille, Montpellier, Aix-en-Provence, Montreuil, Reims) contre 45 hommes. Les associations espèrent là encore une progression à l'issue des élections des 23 et 30 mars prochains.
 

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter