Duel NKM-Hidalgo : un débat à la mitraillette pour clore la campagne

Duel NKM-Hidalgo : un débat à la mitraillette pour clore la campagne

ÉLECTIONS LÉGISLATIVES 2017
DirectLCI
MUNICIPALES 2014 - Les deux candidates en lice pour la mairie de Paris se sont affrontées durant une heure lors de l'ultime débat organisé mercredi soir sur i>Télé. Une rencontre tendue et agressive entre Anne Hidalgo (PS) et Nathalie Kosciusko-Morizet (UMP) qui n'a fait que survoler les grandes thématiques en mode rafale.

"Nous allons poser les questions en rafale et vous y répondrez du tac au tac". L'injonction de Marc-Olivier Fogiel a été respectée par les candidates à la mairie de Paris, Anne Hidalgo (PS) et Nathalie Kosciusko-Morizet (UMP). Au point de faire de ce dernier duel télévisé avant le second tour, mercredi soir sur i>Télé , une bataille rangée rythmée par les accusations réciproques de "mensonge" et des interruptions mutuelles qui auront potentiellement perdu des spectateurs.

Le ton est donné dès l'entame du débat. Anne Hidalgo fustige l'alliance de la candidate UMP avec "le clan Tiberi" dans le 5e, le cafouillage de sa liste dans le 12e , et tente de lui affubler l'image d'une droite conservatrice en la renvoyant à sa position ambiguë sur le mariage pour tous. NKM préfère voir dans sa rivale socialiste une élue qui "ne prend aucun risque", "héritière" de Bertrand Delanoë. Rien de nouveau dans les arguments, à l'image de ce qui va suivre. Mais sur la forme, les deux candidates impriment un rythme agressif, soutenu, empilant "en rafale" un cortège de propositions avancées au cours de longs mois de campagne.

Nouveau débat, vieilles formules

A travers les cinq thèmes abordés, dont le développement économique, le logement ou les transports, les deux rivales ont déroulé quelques formules acérées mais déjà éprouvées au cours des meetings. "Vous cherchez du clivage idéologique, je cherche des solutions", tance NKM, parfois sur la défensive. "Vous avez été la ministre de l'enfumage et du diesel", assène Anne Hidalgo lors de l'affrontement sur la pollution, probablement l'épicentre du débat télévisé.

Les propositions ont du mal à passer dans ce chaos. Restent les formules choisies en conclusion qui résument plutôt bien la campagne et les candidates elles-mêmes. "Perdre, je ne l'imagine même pas, clame Anne Hidalgo, plaçant les Parisiens devant "un choix très clair entre la régression" et "une ville progressiste qui n'agite pas la peur". "J'y mets toute ma passion", s'enflamme NKM, qui préfère au "déclassement individuel et collectif" "une ville où l'on s'émancipe, où l'on tente sa chance". Bref : les spectateurs trouveront probablement plus de réponses dans les programmes respectifs, publiés de longue date. Tout en échappant à la migraine.

Plus d'articles

Lire et commenter