Dupont-Aignan, Lassalle, Poutou... Ce que leur score, inférieur à 5%, va leur coûter

Élections Européennes 2019

SCRUTIN - De Nicolas Dupont-Aignan à Jacques Cheminade, six candidats ont dû se contenter dimanche de scores inférieurs à 5% lors du 1er tour de l'élection présidentielle. Un résultat qui va peser sur leurs frais de campagne. Explications.

Le nerf de la "guerre" ? Affiches, location de salles pour les meetings, déplacements en France… Pour participer à l'élection présidentielle, chaque candidat doit composer avec ses idées mais aussi son budget. Une campagne financée par des dons, certes, mais également des emprunts, qu'il faudra rembourser à la fin de la campagne. Sauf que tous ne sont pas logés à la même enseigne…

Au lendemain du premier tour, l'Etat rembourse de manière forfaitaire les candidats en fonction de leur résultat. A un détail près : les candidats qui ont obtenu 5% ou moins des suffrages exprimés ont droit au maximum à 4,75% du montant du plafond des dépenses électorales, soit 800.423 euros. Les candidats dépassant les 5% peuvent, eux, prétendre à dix fois plus : 47,5% du montant du plafond des dépenses électorales fixé pour le premier tour de scrutin, soit 8.004.225 euros. 

Lire aussi

En vidéo

Présidentielle : le discours en intégralité de Nicolas Dupont-Aignan

Avance forfaitaire de 153.000 euros

Dans le détail, ces versements ne sont accordés qu’à la condition d’avoir adressé son compte de campagne à la commission nationale des comptes de campagne et des financements politiques (CNCCFP) au plus tard le 7 juillet 2017. En outre, il ne faut pas dépasser le plafond imposé (16,9 millions d’euros pour le premier tour, 22,5 millions pour les deux tours) et ne pas voir ses comptes rejetés pour un autre motif.

A noter que l'Etat met la main à la poche dès le lancement de la campagne. Dès lors qu'un candidat a obtenu les 500 parrainages nécessaires, certaines dépenses sont prises en charge : les clips qui passent à la télévision, l’envoi du matériel électoral aux électeurs, l’impression et l’envoi des bulletins de vote aux mairies. L’impression des affiches électorales et les frais pour les coller sont également remboursés. Pour les autres frais, les candidats ont tous reçu une avance forfaitaire de 153.000 euros sur le remboursement de leurs frais de campagne. En 2012, ce coût pour les frais de matériel officiel avoisinait les 50 millions d’euros pour un montant total de l’élection estimé à 228 millions, avait rapporté Le Monde.

Au total, six candidats se retrouvent ce lundi sous la barre des 5%. Nicolas Dupont-Aignan a échoué de peu, à 4,7%, celle qui ouvre symboliquement la porte au remboursement complet des frais de campagne. Conformément au règlement, un remboursement forfaitaire s'applique dans son cas. Pour être totalement sûr d'éviter les mauvaises surprises, le candidat avait encore limité ses dépenses : quelques jours avant le premier tour, son directeur de campagne assurait qu'il n'avait pas dépassé "la limite des 800.000 euros."

Suivez toute l’actualité sur notre page dédiée à l’élection présidentielle. 

Découvrez comment votre commune a voté sur nos pages résultats de l’élection présidentielle.

Lire et commenter