Election du maire FN à Marseille : les militants de gauchent jouent les trouble-fête

Election du maire FN à Marseille : les militants de gauchent jouent les trouble-fête

DirectLCI
POLITIQUE – Pendant l’élection de Stéphane Ravier, ce vendredi matin, à la tête du 7e secteur de Marseille (XIII et XIV arrondissements), la contestation des socialistes ont provoqué l’intervention de la police.

Une élection tumultueuse. Des échauffourées ont lieu vendredi matin entre militants EN et militants du Front de gauche dans la salle du conseil municipal des XIII et XIV arrondissements, lors de l'élection du maire de secteur, Stéphane Ravier (FN).

"Je suis le maire de tous les habitants, des noyaux villageois comme des cités. Je serai à l'écoute de tous et de toutes, inscrivant mon action dans les lois de la République", a promis le nouvel élu du secteur le plus peuplé de la ville (150 000 habitants), peinant à couvrir de la voix les broncas des militants de gauche venus nombreux.

Le leader frontiste élu sans surprise

Aux slogans antiracistes de ces derniers - comme "Ibrahim Ali, on n'a pas oublié", du nom du jeune franco-comorien tué en 1995 par des colleurs d'affiches du FN -, les militants frontistes ont répondu par des "on a gagné!" ou en chantant La Marseillaise. Après quelques échauffourées, la police a dû séparer les deux camps.

A l’issue de la séance mouvementée, c’est Stéphane Ravier (FN) qui a été élu maire du 7e secteur. Sur les 48 votants, 33 sont allés au Front national, 7 vers Stéphane Mari (PS). Huit bulletins ont été nuls. Le leader frontiste a désigné 18 adjoints. L'un d'entre eux devait célébrer le premier mariage de la nouvelle équipe municipale vendredi après-midi, celui d'un couple gay.
 

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter