"Trop certain", "élégance morale", "esprit convivial"... Les appréciations de l’élève Macron à Sciences-Po

ARCHIVES - Encore inconnu du grand public il y a quelques années, Emmanuel Macron est devenu dimanche 7 mai le nouveau président de la République. Pour l'occasion, l'institut d'études politiques de Paris a ressorti son dossier scolaire. Retour sur le parcours du candidat En Marche! à Science-Po.

Comme ses nombreux prédécesseurs, Emmanuel Macron est lui aussi passé par la case Sciences Po. Après un bac S mention très bien, il est admis en hypokhâgne et khâgne au lycée Henri-IV, à Paris. À la suite de deux échecs successifs au concours d'entrée à l'école Normale Supérieur, il finit par rejoindre les bancs de Sciences Po Paris, recommandé par ses professeurs comme quelqu'un qui "inspire confiance et sympathie". 


Pensant se touner vers une carrière dans l'enseignement supérieur "peut être à l'étranger", le jeune homme intègre la section internationale. En parallèle de son cursus rue Saint-Guillaume, il suivra également des cours de philosophie à la faculté de Nanterre. Mais cet emploi du temps très chargé n'empêchera pas le futur président de la République d'être un élève studieux, c'est en tout cas ce que réflètent les appréciations de ses professeurs de Sciences Po révélées par son dossier scolaire, mis en ligne par son ancien établissement.

En vidéo

Emmanuel Macron au Louvre : un discours solennel et teinté de sobriété

Un étudiant en marche vers l'Élysée

Alors qu'en troisième année, il change de section pour rejoindre celle du "Service public" qu'il effectura en deux ans pour pouvoir mener à bien son double cursus, l'élève est décrit comme "brillant", "doté d’une pensée originale et construite" et d’une "grande maturité". Il obtient par ailleurs la meilleure note de sa conférence en "Économie approfondie", "Enjeux politiques" et "Finance publique". 


L'étudiant est reconnu pour ses qualités d'orateur au sein de l'institut d'étude politique de Paris : "facilités évidentes à l’expression orale, tant sur le fond que sur la forme", note certains de ses enseignants. "Une animation constante des débats dans le groupe, d’un niveau toujours excellent", souligne son professeur, l'historien François Dosse. "C'était le meilleur étudiant de ma conférence, mais je me souviens surtout qu'il adorait poser des questions, dialoguer", avait d'ailleurs confié en avril dernier Ali Baddou, l'un de ses anciens professeurs, à Vanity Fair. 


Un seul reproche, l'élève est un peu "trop long" dans ses copies. Et un de ses professeurs note tout tout de même un petit défaut, celui d'avoir "tendance à être trop certain". 


Mais devinez dans quelle matière excellait l'ancien inspecteur des finances... "L’État en France et sa réforme". Son professeur de l'époque semblait en tout cas avoir décelé le potentiel du jeune Macron : "étudiant exceptionnel à tous égards", "beaucoup d'intelligence et d'élégance morale", "une vraie générosité. Des qualités intellectuels hors du commun".


Science-Po sera aussi un terrain de rencontres pour le chef de l'État, notamment avec son professeur Jean-Marc Brello devenu l'un des pillier de son mouvement, mais aussi son condisciple Aurélien Lechevallier, qui le conseille aujourd'hui pour les affaires internationales, ou encore Benjamin Griveaux, porte-parole d'En Marche!. 

Des petits soucis capillaires

Place enfin à l'appréciation la plus anecdotique d'Emmanuel Macron lorsqu'il était à Sciences-Po ! Son ami et témoin de mariage, Marc Ferraci, étudiant fraîchement admis à l'époque, le décrit ainsi : "Un étudiant tchèque en échange universitaire qui n'a pas vu un coiffeur depuis des décennies".


Le plus jeune président de la Ve République a donc aussi bien marqué la prestigieuse école par ses études studieuses que par sa coiffure pour le moins originale.

Tout savoir sur

Tout savoir sur

La présidence Macron

Plus d'articles

Sur le même sujet

Lire et commenter