Européennes : Anne Hidalgo veut expérimenter le droit de vote dès 16 ans dans les lycées parisiens

Européennes : Anne Hidalgo veut expérimenter le droit de vote dès 16 ans dans les lycées parisiens

CITOYENNETE - Dans un entretien au "Monde", la maire de Paris dit vouloir expérimenter le droit de vote pour les 16-18 ans dans les lycées parisiens à l'occasion du scrutin des européennes, le 26 mai. Anne Hidalgo vient d'adresser un courrier au ministre de l'Education, Jean-Michel Blanquer.

Un test "grandeur nature", sans valeur pour le scrutin mais hautement symbolique. Anne Hidalgo propose, dans un entretien au Monde publié jeudi, d'expérimenter le droit de vote dès 16 ans à l'occasion du scrutin des élections européennes. Une idée émise, selon la maire de Paris, par un collectif de Science Po.

Toute l'info sur

Elections européennes 2019 : l'heure des résultats

"Cela me paraît être une bonne occasion", estime-t-elle dans Le Monde. "Les jeunes sont très sensibles à la question européenne. Ils voient que leur avenir se joue aussi à cette échelle, et veulent participer à la définition de leur destin. On a une génération d'adolescents extrêmement lucides sur leur avenir, il suffit de les voir faire grève le vendredi pour le climat. Et 16 ans, c'est le bon âge pour prendre de bonnes habitudes en matière de démocratie."

Lire aussi

En vidéo

Droit de vote dès 16 ans : et pourquoi pas ?

Des isoloirs dans les lycées

Pour cela, Anne Hidalgo propose d'installer des bureaux de vote dotés d'isoloirs dans les douze lycées parisiens. Les jeunes de 16 à 18 ans y voteraient quelques jours avant le scrutin officiel du 26 mai, et les résultats seraient publiés après, afin de ne pas interférer sur l'élection.

La maire de Paris a indiqué avoir adressé un courrier en sens au ministre de l'Education Jean-Michel Blanquer, souhaitant que cette initiative soit "la plus consensuelle possible", et menée "conjointement avec l'Etat, le rectorat, les chefs d'établissement". Elle a anticipé les critiques sur une éventuelle tentative de séduire de futurs électeurs : "Les jeunes sont libres. Il ne s'agit pas de tendre une perche à quiconque, mais de permettre à la démocratie de fonctionner et à la République de ne pas s'effondrer."

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

Vaccination en ville : on vous explique la colère de médecins généralistes contre la DGS

EN DIRECT - Covid-19 : le nombre de patients en réanimation à son plus haut niveau depuis fin novembre

Zanzibar : cette destination paradisiaque où les restrictions sanitaires n'existent pas

"C’est trop tard pour les nominations aux Oscars ?" : les tabloïds étrillent Meghan et Harry

Patrick J. Adams, le mari de Meghan dans "Suits", dénonce l'attitude "obscène" de Buckingham

Lire et commenter