Elections européennes : comment le scrutin du 26 mai est-il perçu chez nos voisins européens ?

ÉLECTIONS EUROPÉENNES 2019
BAROMETRES - A en croire les sondages comparés à moins de trois semaines des élections, les électeurs des Etats-membres sont partagés à propos de leur participation au scrutin. Aux antipodes figurent le Danemark, très mobilisé, et la République tchèque, particulièrement démobilisée.

Fin avril, un sondage Harris Interactive - Epoka pour LCI mesurait l'attente des Français à l'égard du scrutin européen. D'après ce baromètre, nos compatriotes affichaient un soutien stable, voire en légère hausse pour la campagne, avec 61% des sondés se disant intéressés par l'élection du 26 mai prochain. Quatre Français sur dix plus ou moins indifférent aux élections à venir... Une proportion similaire à celle qui a été mesurée par l'institut BVA. Fin février, un vaste enquête Ipsos - Cevipof estimait en outre que seuls 4 Français sur 10 étaient certains d'aller voter le 26 mai. 


Qu'en est-il à l'échelle européenne ? Si l'on regarde pays par pays, certains sondages semblent recouper le constat d'une faible mobilisation à venir. Un récent sondage réalisé pour l'ARD, les médias régionaux allemands, montre que 53% des Allemands se disent intéressés par le scrutin européen, contre 37% se disant peu intéressés, et 10% "pas du tout". Pour rappel, la participation était de 42.6% des électeurs européens lors des dernières élections de 2014, un niveau historiquement bas depuis la première élection, en 1979.


Dans de nombreux Etats-membres, c'est l'incertitude qui prévaut encore, avec seulement un électeur sur cinq qui n'affiche de préférence pour aucune des listes proposées en Italie et au Portugal. Idem pour 24% des Autrichiens, selon un sondage publié le 2 mai

Des situations contrastées

Les sondages réalisés sur l'ensemble du territoire européen confirment cette incertitude qui pèse sur le vote, et donc la potentielle abstention qui pourrait s'ensuivre. Selon la dernière vague de l'Eurobaromètre du Parlement européen (mars 2019), seuls 35% des interrogés se disent certains d'aller voter, contre 31% qui sont sûrs de ne pas le faire, et au milieu, 32% d'indécis. Fin février, seul un Européen sur trois était conscient qu'un scrutin était prévu fin mai. 


L'Eurobaromètre témoigne cependant d'écarts de perception très forts entre les Etats-membres. Parmi les électeurs qui se montrent les plus certains d'aller voter figurent ceux du Danemark (65%), des Pays-Bas (62%), de Suède (61%) et de Belgique (58%). A l'inverse, les pays où la certitude d'aller voter est la plus faible sont la République tchèque (10%), l'Italie (16%), le Portugal (17%) et l'Autriche (18%). 

A titre de comparaison, selon le même baromètre, 44% des Français se disaient certains d'aller voter aux élections européennes, 21% se montrant indécis, et 34% affichant d'ores et déjà leur refus de se rendre aux urnes. 

Tout savoir sur

Tout savoir sur

Les élections européennes 2019

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter