Européennes : Nathalie Tomasini, avocate de Jacqueline Sauvage, à la tête d’une liste féministe

Élections Européennes 2019
POLITIQUE - Nathalie Tomasini, ancienne avocate de Jacqueline Sauvage, se lance dans la bataille des européennes. Avec sa liste "A voix égales", sur laquelle figure la fille de Jacqueline Sauvage Sylvie Marot, elle souhaite défendre les droits des femmes et l'égalité entre les sexes.

Nathalie Tomasini est connue pour avoir été l’avocate de Jacqueline Sauvage. Pendant de longs mois, avec son associée Janine Bonaggiunta, elle défend cette mère de famille jugée et condamnée pour le meurtre de son mari, avant d'obtenir une grâce présidentielle. Au quotidien, au sein de son cabinet BT & Associés, Nathalie Tomasini défend de nombreuses victimes de violences intra-familiales, de harcèlement moral et de violences psychologiques dans la sphère privée. Mais elle veut désormais porter plus loin son combat, et le mener sur la scène européenne.

"J’ai passé 20 ans, en tant qu’avocate, à être confrontée à des violences et des inégalités entre les femmes et les hommes. Je me suis aperçue que toutes les mesures que nous pouvions proposer, en termes de prévention et de punition, étaient des placebos. Dans une société malade, les violences ne sont qu’un symptôme. Pour guérir, il faut rééquilibrer profondément les rapports entre les hommes et les femmes. Aujourd'hui rien n'est fait car il n’y a pas de véritable conviction politique, pas d’intention réelle. Je veux donc faire du combat pour l’égalité femmes hommes la clé de voûte du nouveau monde", a expliqué Nathalie Tomasini à LCI.


En ambitionnant l'Europe, l'avocate vise tout simplement "l'échelon au-dessus de la France". "J’ai des propositions de loi qui sont prêtes. Même si la marge de manœuvre en tant que députée n’est pas énorme, on peut créer des commissions et quand même faire des choses" avance-t-elle auprès de LCI. Nathalie Tomasini est consciente de l'issue de ces élections et du score très confidentiel qui l'attend, mais pour elle, ce scrutin est une étape vers d'autres échéances. "C'est un stratégie à moyen ou long terme pour pouvoir accéder à la parole de façon égalitaire, pour placer des pions" avoue-t-elle à LCI.

Des victimes de violences conjugales en bonne place sur la liste

Pour l'aider à mener son combat, l'avocate s'est entourée d'une équipe "pas colorée politiquement, transversale, composée de différents acteurs de la société civile". Nathalie Tomasini a dévoilé en exclusivité à LCI les 21 premiers noms de sa liste. On y trouve des victimes de violences familiales et conjugales comme Alexandra Lange, défendue par Nathalie Tomasini et son associée Janine Bonagiunta en 2012 pour le meurtre de son mari et acquittée, ou Sylvie Marot, fille de Jacqueline Sauvage. Sont également présents des artistes comme Stéfanie Renoma, styliste et photographe et Xavier Lemaître, acteur ; les chefs d'entreprises Olivier Dardelin et Olivier Bachellerie ; la docteure en psychiatre et victimologue Hélène Adda ; le professeur de philosophie Alexandre Palmieri ; les avocats Gérald Pandelon et Olivia Lauret ; les journalistes Clarisse Verrier, Virginie Mantione et Henri Delorme ; le fondateur de l'ONG "Equilibre" Alain Michel. "Il nous manque quelques hommes, une dizaine. Ils se sentent moins concernés étonnamment", regrette l'avocate. "Alors que je pense que nous défendons des valeurs universelles."


Si Nathalie Tomasini se dit à la tête d'une liste "féministe", car "le féminisme est un humanisme", son programme dépasse la déclaration d'intention et la seule cause de l'égalité entre les femmes et les hommes. A LCI, elle a expliqué souhaiter "imposer un pouvoir décisionnel équilibré et obliger légalement de rémunérer les hommes et les femmes au même niveau sous peine de sanctions". En matière d'écologie, elle propose d'"obliger les compagnies pétrolières à financer la transition écologique et faire prendre conscience que la prise en considération des femmes dans les instances décisionnelles est fondamentale dans l’écologie". Elle propose également la "refonte de la fiscalité pour moins taxer les revenus du travail" et l'instauration d'une "immigration équilibrée par rapport aux capacités financières des pays à accueillir des migrants".

Un début de carrière dans le droit des affaires

"Je suis très motivée par ce combat pour les générations futures. Ça me motive, ça me transporte", continue-t-elle. Car Nathalie Tomasini n’a pas toujours défendu les victimes de violences conjugales et intrafamiliales. Elle a derrière elle 18 ans de droit des affaires et une expérience de directrice juridique au sein de la branche immobilière d’un grand groupe financier. Mais en 2010, au tribunal de commerce de Paris, elle tombe sur son ancienne collègue et amie Janine Bonagiunta. Elles décident d’aller boire un café et, de fil en aiguille, germe en elles l’idée de créer un cabinet d’aide aux victimes de violences au sein du couple. Ce dernier ouvre quelques semaines plus tard. En 2012, elles se font connaître en défendant Alexandra Lange, acquittée pour le meurtre de son mari. Avant de s'occuper de la défense de Jacqueline Sauvage. 

Ces longs mois à défendre la mère de famille jugée et condamnée à dix ans de prison pour le meurtre de son mari place Nathalie Tomasini sur le devant de la scène médiatique, et donc sous le feu des critiques. Son combat pour reconnaître la "présomption de légitime défense", notamment, lui vaut quelques accrochages sur les plateaux télés. Mais elle assure à LCI que toutes ces attaques l'ont rendue plus forte et l'aideront à aborder celles qui l'attendent ces prochaines semaines. 

Tout savoir sur

Tout savoir sur

Elections européennes 2019 : l'heure des résultats

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter