Elections régionales 2015 en Corse : les nationalistes l'emportent

Elections régionales 2015 en Corse : les nationalistes l'emportent
Élections Municipales 2020

FOCUS - Gilles Simeoni (indépendantiste) a triomphé d'une quadrangulaire pour prendre la tête de la Corse à l'issue du second tour des élections régionales ce dimanche. Découvrez, dès qu'ils sont officialisés, les résultats complets grâce à notre carte interactive.

Les résultats 
Ce dimanche, au second tour, ce ne sont pas deux, ni trois, mais quatre candidats qui se sont affrontés pour tenter de prendre la tête de l'Assemblée corse. Pour Paul Giacobbi, président sortant à la tête d'une liste divers gauche arrivée en tête au premier tour (18,42 %), la partie était loin d'être gagnée. En théorie, il pouvait compter sur les voix des quatre autres autres listes de gauche pour arriver à un total théorique de 31% des voix. Face à lui, José Rossi, candidat Les Républicains (13,17 % au premier tour), a obtenu le soutien de Camille de Rocca Serra, autre candidat de la droite, qui avait rassemblé 12,70 % des suffrages soit un total théorique de 25,87. 

EN SAVOIR + >>  Découvrez tous les résultats des élections régionales 2015

Mais c'est le candidat régionaliste Gilles Simeoni qui l'a remporté au second tour avec 35,34% des suffrages. En fusionnant sa liste Femu a Corsica (17,62 % au premier tour) à Corsica Libera, de Jean-Guy Talamoni (7,73%), le nationaliste a gagné la partie. Quant au Front national, qualifié de justesse au second tour avec 10,58% des suffrages, il recule au second avec seulement 9,09% des voix. 

Les résultats en détail (si la carte ne s'affiche pas, cliquez ici )

La région
La Corse est une région à part : elle dispose de pouvoirs plus importants que ceux des autres régions et est pilotées par deux instances, l'Assemblée de Corse et le Conseil exécutif de Corse. Avec une superficie de 8700 km2 et 300.000 habitants, elle est la plus petite des nouvelles régions françaises. Depuis 20 ans, l'île affiche une croissance du PIB très supérieure à la plupart des autres régions françaises, et ce quelle que soit la conjoncture.

L'activité de l'île est principalement lié au tourisme, qui attire chaque année plus de deux millions de personnes, l'équivalent de sept fois la population locale. Malgré cela, la région doit affronter un certain nombre de faiblesses : l'emploi non-marchand y est sur-représenté (on y compte 9,2 fonctionnaires territoriaux pour 100 habitants, le taux le plus élevé de France), le chômage y est supérieur à la moyenne nationale (il atteint 11%) et le salaire moyen y est le plus faible de France.

EN SAVOIR +
>> Découvrez les résultats des élections régionales en Corse
>>
Les élections régionales, comment ça marche ?
>>
Une région, à quoi ça sert ?
>>
Retrouvez toute notre page consacrée aux élections régionales

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter

Alertes

Recevez les alertes infos pour les sujets qui vous intéressent