Elections régionales 2015 : le FN en tête dans 6 régions sur 13

ÉLECTIONS EUROPÉENNES 2019
DirectLCI
SUCCÈS - Le Front national a réalisé des scores historiques dimanche soir, au premier tour des élections régionales. Il a pris la tête du scrutin dans 6 régions sur 13 et apparaît clairement en mesure de l'emporter dans trois régions : Nord-Pas-de-Calais-Picardie, Alsace-Champagne-Ardenne-Lorraine et Provence-Alpes-Côte d'Azur.

Une vague bleue foncée recouvre la moitié de la France. Le Front national affichait dimanche soir des résultats inédits dans son histoire, prenant la tête de 6 régions sur 13 et s'affichant comme un vainqueur potentiel dimanche prochain dans trois régions clés : le Nord-Pas-de-Calais-Picardie, l'Alsace-Champagne-Ardenne-Lorraine et Provence-Alpes-Côte d'Azur.

Favori dans au moins deux régions

Au plan national, le rapport de force donne une idée du succès du parti d'extrême droite. Ce dernier a pris la tête du scrutin, avec un score avoisinant les 30 %, loin devant la droite (27 %) et le PS et ses alliés du premier tour (22 à 24 %). C'est finalement en Ile-de-France qu'il semble réaliser parmi ses plus mauvais scores, avec 18,5% des voix, en deçà des prévisions, loin derrière Valérie Pécresse (LR, 30,5%) et Claude Bartolone (PS, 25%).

EN SAVOIR +
>> Résultats élections régionales 2015 : Marine Le Pen salue "un résultat magnifique" >> Tous les résultats du premier tour grâce à notre carte interactive

Dans le Nord, Marine Le Pen, la présidente du FN, a confirmé ce que les sondages annonçaient, en particulier depuis les attentats du 13 novembre : un score à plus de 40 %, loin devant Xavier Bertrand (LR, 24 %) et le socialiste Pierre de Saintignon (18 %). En Paca, sa nièce, Marion Maréchal-Le Pen, pouvait elle aussi saluer un score "historique" : plus de 40 % et environ 15 points d'avance sur le candidat de la droite Christian Estrosi (LR).

Percée dans le grand Est

Mais ce qui frappe également, c'est la poussée du numéro 2 du FN, Florian Philippot, donné entre 35 et 38 % des voix en Alsace-Champagne-Ardenne-Lorraine, avec plus de 10 points d'avance sur la droite. Le candidat frontiste est régulièrement monté dans les sondages depuis les attentats du 13 novembre, au point de se mettre en position, au soir de ce premier tour, de remporter la région dimanche prochain.

En Midi-Pyrénées-Languedoc-Roussillon, c'est le conjoint de Marine Le Pen, Louis Aliot, qui devance, avec 30,9 % des voix, la socialiste Carole Delga (25,5 %), qui pourrait toutefois bénéficier du rassemblement de la gauche au second tour. Même chose en Bourgogne-Franche-Comté, où Sophie Montel (FN) prend la tête du scrutin, avec 30,5 %, devant la droite (25,8 %) et le PS (24,5 %). Enfin, dans le Centre-Val de Loire, le parti d'extrême droite (30,5%) devance nettement la droite (25,8%).

Une leçon à retenir : pour contrer le FN et parvenir à le battre, y compris dans ces régions, droite et gauche devront faire le plein d'électeurs au second tour et parvenir à faire l'union, chacune de son côté. 

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter