Elections régionales : NKM critique ouvertement le "ni-ni" de Sarkozy

Elections régionales : NKM critique ouvertement le "ni-ni" de Sarkozy

ÉLECTIONS LÉGISLATIVES 2017
DirectLCI
RESULTATS REGIONALES – Nathalie Kosciusko-Morizet a estimé dimanche soir que le refus du Front républicain voulu par Nicolas Sarkozy aurait pu coûter très cher à la droite, si le PS l'avait lui aussi appliqué.

Le "ni-ni" de Nicolas Sarkozy n'en finit pas de susciter la controverse au sein même de son propre parti. Dimanche soir, Nathalie Kosciusko-Morizet est une nouvelle fois montée au créneau sur le plateau de TF1, estimant que "si les électeurs avaient appliqué le ni-ni, nos candidats dans le Nord-Pas-de-Calais et en région Paca auraient été battus", en clair que seul le soutien de la gauche à permis aux candidats des Républicains de s'imposer.

>> La carte interactive des résultats

On aurait pu croire que l'heure serait aux réjouissances chez Les Républicains qui selon les estimations, se seraient imposés dans au moins six régions (Île-de-France, Nord-Pas-de-Calais-Picardie, Provence-Alpes-Côte d'Azur, Alsace-Champagne-Ardenne-Lorraine, Pays de la Loire et Auvergne-Rhône-Alpes). Pourtant, quelques voix dissonantes se sont élevées dès les premiers résultats publiés. C'est ainsi que Nathalie Kosciusko-Morizet, qui s'était déjà prononcée contre cette stratégie lors d'un bureau politique de son parti lundi dernier, a une nouvelle fois pointé du doigt les conséquences idéologiques de la stratégie de Nicolas Sarkozy. "Nous avions deux objectifs dans cette élection: faire gagner nos candidats qui incarnent l'alternance mais faire aussi, parce que je ne renvoie pas le Parti socialiste et le Front national dos à dos, qu'aucune région ne soit défigurée par une présidence Front national."

"Je suis heureuse que les électeurs n'aient pas appliqué le ni-ni"

Selon elle, en effet, c'est bien le soutien affiché du Parti socialiste qui a permis aux candidats de la droite de battre le Front national et, sans eux, le score des Républicains serait ce soir beaucoup plus faible. "Je suis heureuse que les électeurs n'aient pas appliqué le ni-ni" entre refus de la droite et du Front national, s'est-elle félicitée.

EN SAVOIR +
>> NKM : "La victoire est un trompe-l'oeil"

>> "Sarkozy a l'attitude de quelqu'un qui a perdu la main"
>> Jean-Pierre Masseret : "Nous avons été des lumières dans l'obscurité du PS"
>> Retrouvez tous les résultats du second tour sur elections.metronews.fr

>> Elections régionales 2015 : la soirée électorale en direct

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter