Elections régionales : Xavier Bertrand renonce à la primaire pour se consacrer à son mandat

Elections régionales : Xavier Bertrand renonce à la primaire pour se consacrer à son mandat

DirectLCI
REGIONALES, ET APRES ? - Lundi soir sur France 2, Xavier Bertrand, vainqueur du second tour des régionales en Nord-Pas-de-Calais-Picardie, a annoncé qu'il renonçait à tous ses autres mandats et qu'il ne participerait pas à la primaire de la droite en vue de la prochaine présidentielle.

Xavier Bertrand tourne la page de ses ambitions présidentielles. Il avait été le premier, en septembre 2012, à annoncer qu'il serait candidat à la primaire de la droite et du centre pour 2017. Lundi, au lendemain du second tour des régionales, où il l'a emporté en Nord-Pas-de-Calais-Picardie dans un duel face à Marine Le Pen, il a annoncé avoir pris la "décision irrévocable" de renoncer à se présenter. "Concrètement, je vais quitter mes fonctions de député et de maire de Saint-Quentin, et je ne serai pas candidat à la primaire de la droite et du centre", a-t-il expliqué sur le plateau du 20 heures de France 2, peu après que Manuel Valls s'y est exprimé.

EN SAVOIR + >> Retrouvez tous les résultats de dimanche soir sur notre carte interactive

Pour Xavier Bertrand, le vote Front national est la conséquence d'une "faillite collective" de la classe politique "ces trente dernières années". "Regardez le spectacle de ma famille politique, où la seule réponse apportée à cela, c'est l'organigramme des Républicains ou la date de la primaire. Mais mon Dieu! Qu'ils se réveillent ou alors on va vers une catastrophe politique", s'est-il emporté lundi soir face à David Pujadas.

A droite, la campagne pour 2017 est déjà lancée

Pas sûr que son message ait été entendu. Car du côté de la droite, ce lundi a clairement marqué le début de la bataille pour 2017. Certes, le retrait de Xavier Bertrand laisse un peu de place, mais les prétendants au titre de candidat de l'opposition pour la prochaine présidentielle sont encore nombreux. Et lundi, d'Alain Juppé à Bruno Le Maire en passant par Nathalie Kosciusko-Morizet, qui assure que Nicolas Sarkozy veut l'évincer de la direction du parti, tous ont fait entendre leur voix.

EN SAVOIR +
>> Suivez en direct la journée de l'après-second tour des régionales
>> Face au vote FN, Manuel Valls veut faire de l'emploi la "priorité des priorités"
>> NKM déclare la guerre à Sarkozy

Sur le même sujet

Lire et commenter