Discours d'investiture d'Emmanuel Macron : "Les Français ont choisi l'espoir et l'esprit de conquête"

ÉLECTIONS LÉGISLATIVES 2017
INVESTITURE - Pour son premier discours en tant que président de la République, Emmanuel Macron a placé son mandat sous le signe de la confiance retrouvée, ce dimanche. A une France qui "doute d'elle-même", le nouveau chef de l'Etat veut rendre sa foi en l'avenir.

Le quinquennat de l'espoir retrouvé. Dans la ligne droite de sa campagne, Emmanuel Macron a prononcé dimanche son premier discours de chef d'Etat, se donnant pour mission de rendre aux Français la foi dans les valeurs de leur pays. 


"Les Français ont choisi l'espoir et l'esprit de conquête" contre "l'esprit de division" et "la rupture avec la marche du monde", a lancé le nouveau président de la République lors de son discours d'investiture. Car, dit-il, "la France doute d'elle-même depuis des années", et "l'exigence" de son mandat sera de "rendre aux Français cette confiance en eux". "Ce sera un travail lent, exigeant", précise-t-il. "Il m'appartiendra de convaincre les Français que ce pays porte toutes les ressources" nécessaires pour figurer parmi les grandes puissances. 

Le monde a besoin de l'audace de la liberté, l'exigence de l'égalité et la volonté de la fraternitéEmmanuel Macron

Contre le déclinisme

Emmanuel Macron veut ainsi s'attacher à montrer que la France n'est pas une puissance "déclinante", mais que nous sommes "à l'orée" d'un nouvel essor, le pays ayant "tous les atouts" qui font une grande puissance. L'occasion pour le nouveau président de citer les principales réformes qu'il compte conduire, dont "la libération du travail", le soutien aux entreprises et l'éducation. Une action, répète-t-il, qui sera conduite nécessairement dans le cadre d'une Europe "refondée et renforcée car elle nous protège". 


Rendant hommage à tous les anciens présidents, De Gaulle, Pompidou, Giscard d'Estaing, Mitterrand, Chirac, Sarkozy et Hollande, Emmanuel Macron a estimé que leur oeuvre s'était vue empêchée par "un climat intérieur délétère", le sentiment de "déclassement", "d'oubli", "d'inquiétude et de défiance" d'une partie des Français. Une façon de montrer que la tâche sera difficile pour rendre au pays l'espoir dans l'avenir. "Rien n'affaiblira ma détermination", promet le chef de l'Etat. Pour qui le plus difficile commence dès ce dimanche.

En vidéo

L'hommage du président Macron à ses prédécesseurs

Tout savoir sur

Tout savoir sur

La présidence Macron

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter