Emmanuel Macron en meeting à Clermont-Ferrand : "Une vague monte"

PRÉSIDENTIELLE - En meeting à Clermont-Ferrand, Emmanuel Macron s'est présenté devant ses partisans comme "seul rempart" face "à la haine et aux extrêmes", ajoutant qu'une vague était en train de monter. Il a également rappelé ses propositions pour les entreprises.

"Le printemps sera à nous". Emmanuel Macron s'y voit déjà. Alors qu'il était en meeting à Clermont-Ferrand samedi 7 janvier, l'ancien ministre de l'Economie a assuré être "le seul rempart à l'esprit de haine et aux extrêmes". "Nous sommes l'ambition responsable", a-t-il déclaré devant quelques 2.000 personnes selon les organisateurs. 


Selon lui, "une vague monte" depuis le "cœur du pays" en faveur de sa candidature. "Cette vague, ce n'est pas une bulle", précise le leader du mouvement En Marche!.  "Le projet que nous sommes en train de construire c'est un projet pour prendre le pouvoir, mais pour le rendre aux territoires, aux citoyens", explique-t-il.

Il rappelle ses propositions en faveur des entreprises

Dans son discours, le candidat a évoqué quelques unes de ses propositions en faveur des entreprises comme les "dix points de charges patronales en moins" pour tous les emplois au Smic, le remplacement du CICE par une "une baisse de charges claire et durable pour tous les types d'entreprises", ou encore la suppression du régime social des indépendants (RSI). Par ailleurs, il a indiqué qu'il présenterait dans quelques semaines "un plan ambitieux de couverture numérique du territoire".


A quatre mois du premier tour de l'élection présidentielle, Emmanuel Macron doit continuer de convaincre. Quelques heures avant son intervention, un passant avait interpellé l'énarque  dans la rue. Il l'accusait de faire partie du système malgré l'image qu'il tente de donner. Visiblement agacé, ce dernier avait alors dû se défendre de ne pas avoir la "tête d'un moule". 

La veille à Nevers, le candidat avait rendu hommage à François Mitterrand et Pierre Bérégovoy. Cette fois, il a eu un mot pour Valery Giscard d'Estaing et tente ainsi d'appuyer son image d'homme "ni de droite ni de gauche". En pleine primaire de la gauche,  il va poursuivre ses déplacements en France. Il sera par exemple à Lille dans le Nord et Quimper dans le Finistère les 14 et 16 janvier.

En vidéo

Voeux de Macron : un discours très appuyé sur la libération du travail

Tout savoir sur

Tout savoir sur

Emmanuel Macron dans la course à l'Elysée

Plus d'articles

Sur le même sujet

Lire et commenter