Emmanuel Macron règle ses comptes avec François Hollande chez Mediapart

ÉLECTIONS EUROPÉENNES 2019
MISE AU POINT - Invité de Mediapart mercredi, l'ancien ministre de l'Economie Emmanuel Macron est revenu sur ses désaccords avec la politique de François Hollande et ses relations avec le chef de l'Etat, qui l'avait accusé de "trahison". Une séquence sans filtre.

Emmanuel Macron était "en marche", il avance désormais au pas de charge vers la présidentielle. Invité de Mediapart mercredi soir, l'ancien conseiller puis ministre de l'Economie de François Hollande a réglé ses comptes avec le chef de l'Etat et le bilan du quinquennat.  "J'ai constamment pu porter des réformes durant la première année", explique-t-il aux journalistes du site d'information. "La deuxième année, j'ai été entravé, les propositions que je portais ont été bloquées. De l'automne 2015 à l'été 2016 s'est construite une histoire de désaccords successifs."


L'ancien ministre détaille ses motifs de mésentente avec François Hollande et Manuel Valls. Du "vrai désaccord politique" au lendemain des attentats du 13 novembre 2015, avec cette "promesse intenable" de la déchéance de nationalité, à la loi Travail qui a "abandonné la réforme économique et sociale", en passant par l'Europe ("Je voulais assumer une confrontation avec nos partenaires sur la relance budgétaire").

"Je n'ai pas trahi François Hollande"

Emmanuel Macron justifie sa démission tardive du gouvernement, à la fin de l'été : "J'ai hésité à sortir du gouvernement lors du débat sur la déchéance de nationalité. Mais ce n'était pas mon domaine de compétence", explique-t-il. Ensuite, "il y a eu plusieurs mois de tension politique forte, mais je ne suis pas sorti parce qu'il y avait le conflit sur la loi Travail". Puis survient l'attentat du 14 juillet à Nice, "qui ne me permettait pas de partir de manière digne". Il a donc attendu la rentrée pour démissionner. 


Mais c'est avec les récentes "confidences" de François Hollande que l'ancien proche du Président se montre le plus dur. A celui qui l'accusait de "trahison", Emmanuel Macron rétorque : 

Mon rapport avec François Hollande n'est pas celui d'un obligé, nous ne sommes pas dans un système féodal"Emmanuel Macron

Et de poursuivre son argumentaire : "Ai-je caché mes opinions ? A aucun moment. J'ai porté mes désaccords. J'aurais trahi si j'avais construit ma carrière politique comme un obligé. Je l'ai construite de manière indépendante. Je ne me considère pas comme un traître." 


Quant aux confidences de François Hollande aux journalistes, il estime que "c’est caractéristique d’une génération politique [...] Il y a une connivence entre le monde politique et médiatique dans laquelle je ne me complais pas. Je n’ai pas d’ami journaliste. Je ne fais pas de confidences".


Emmanuel Macron ne s'est pas exprimé sur son éventuelle candidature à la présidentielle, une décision "qui ne se prend pas à la légère". Il a en revanche défendu "une offre politique qui n'est pas celle du PS", ajoutant : "Je ne crois plus à l'union des gauches". Quant à la candidature, "la chose viendra en son temps".  

En vidéo

Présidentielle - Sondage exclusif LCI : Macron en tête de la gauche, Hollande et Valls sortis au premier tour

Tout savoir sur

Tout savoir sur

Emmanuel Macron dans la course à l'Elysée

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter