Emplois présumés fictifs du MoDem : Jean-Luc Bennahmias assure que "le travail était effectif"

DirectLCI
JUSTICE - Impliqué dans une affaire d'emplois présumés fictifs dans le cadre des assistants européens des élus MoDem, l'ancien membre du parti de François Bayrou Jean-Luc Bennahmias s'est montré très confiant, ce vendredi sur LCI.

L'ex-eurodéputé MoDem Jean-Luc Bennahmias a été interrogé, vendredi 9 juin sur LCI, dans le cadre des révélations de son ancien assistant parlementaire au Parlement européen. Ce dernier a indiqué aux enquêteurs qu'il avait été embauché par  le MoDem avant d'être détaché auprès de Jean-Luc Bennahmias dans ses activités de député européen. Ce que l'assistant réfute. 

LCI : Jean-Luc Bennahmias, la justice semble prendre au sérieux ce témoin...

Jean-Luc Bennahmias : Je trouve ça très bien, ça va permettre de se défendre, même si je suis pas sur la défensive. Je ne suis pas forcément au courant de tout ce que vous venez de raconter. Maintenant, je suis au courant d'avoir embauché, évidemment, comme assistant parlementaire à temps partiel, cette personne qui est allée devant les juridictions. Il travaillait pour moi, il était chargé, en dehors des relations avec la presse qu'il faisait pour moi, de répercuter mon activité parlementaire sur le site web du MoDem : la commission travail et emploi sur les travailleurs détachés, saisonniers, le temps de travail européen, sécurité sociale européenne, suite de la directive Bolkenstein. Tout ça fut fait et c'est encore visible, du moins je l'espère, sur le site du MoDem, tout ça date, si je me rappelle bien, de 2011, pendant onze mois. En ce qui concerne le travail que je lui ai demandé, il a été effectif. [...]

LCI : Vous avez des preuves ? Vous semblez assez confiant...

Jean-Luc Bennahmias : Les preuves sont assez faciles quand il s'agit d'un site web.

LCI : Ça ne prouve pas la collaboration directement pour vous, Jean-Luc Bennahmias...

Jean-Luc Bennahmias : Mais il a travaillé pour moi puisque les communiqués que je faisais, il les relisait, on les revoyait ensemble, il les diffusait. Les communiqués que je faisais sur mon travail parlementaire - sur un nombre de sujets extrêmement précis que tout le monde connait aujourd'hui, notamment les travailleurs détachés - étaient publiés sur le site du MoDem. C'est moi qui les faisait, c'est personne d'autre, c'est lui qui les répercutait, c'est un travail effectif.

LCI : Vous reconnaissez une certaine opacité ? C'est ce qu'il dénonce...

Jean-Luc Bennahmias : Il ne s'agit pas d'opacité, il s'agit de requalifier le travail des assistants parlementaires en France, par rapport aux députés européens. C'est difficile parce qu'il y a deux statuts d'assistants parlementaires : un statut de personne à plein temps à Bruxelles et parfois à Strasbourg, et le statut des assistants parlementaires locaux. Cette personne faisait partie de mes assistants locaux, à temps partiel, je le rappelle, ce n'était pas pour rien, puisqu'il y avait une certaine division du travail entre ce qu'il faisait pour le MoDem et ce qu'il faisait pour moi.

Jean-Luc Bennahmias, la justice semble prendre au sérieux ce témoin...

Je trouve ça très bien, ça va permettre de se défendre, même si je suis pas sur la défensive. Je ne suis pas forcément au courant de tout ce que vous venez de raconter. Maintenant, je suis au courant d'avoir embauché, évidemment, comme assistant parlementaire à temps partiel, cette personne qui est allée devant les juridictions. Il travaillait pour moi, il était chargé, en dehors des relations avec la presse qu'il faisait pour moi, de répercuter mon activité parlementaire sur le site web du MoDem : la commission travail et emploi sur les travailleurs détachés, saisonniers, le temps de travail européen, sécurité sociale européenne, suite de la directive Bolkenstein. Tout ça fut fait et c'est encore visible, du moins je l'espère, sur le site du MoDem, tout ça date, si je me rappelle bien, de 2011, pendant onze mois. En ce qui concerne le travail que je lui ai demandé, il a été effectif. [...]


Vous avez des preuves ? Vous semblez assez confiant...

Les preuves sont assez faciles quand il s'agit d'un site web. 


Ça ne prouve pas la collaboration directement pour vous, Jean-Luc Bennahmias...

Mais il a travaillé pour moi puisque les communiqués que je faisais, il les relisait, on les revoyait ensemble, il les diffusait. Les communiqués que je faisais sur mon travail parlementaire - sur un nombre de sujets extrêmement précis que tout le monde connait aujourd'hui, notamment les travailleurs détachés - étaient publiés sur le site du MoDem. C'est moi qui les faisait, c'est personne d'autre, c'est lui qui les répercutait, c'est un travail effectif.


Vous reconnaissez une certaine opacité ? C'est ce qu'il dénonce...

Il ne s'agit pas d'opacité, il s'agit de requalifier le travail des assistants parlementaires en France, par rapport aux députés européens. C'est difficile parce qu'il y a deux statuts d'assistants parlementaires : un statut de personne à plein temps à Bruxelles et parfois à Strasbourg, et le statut des assistants parlementaires locaux. Cette personne faisait partie de mes assistants locaux, à temps partiel, je le rappelle, ce n'était pas pour rien, puisqu'il y avait une certaine division du travail entre ce qu'il faisait pour le MoDem et ce qu'il faisait pour moi.

Ne manquez rien de l'actualité politique sur notre page spéciale

Plus d'articles

Sur le même sujet

Lire et commenter