Les cinq boulets qui plombent la campagne de François Fillon

RÉCAP' - L'embauche de sa femme, de ses enfants, des accusations de détournements de fonds... A moins de trois mois de la présidentielle, François Fillon est englué dans plusieurs affaires. Vous n'avez pas tout suivi ? LCI revient sur les cinq affaires qui minent sa campagne.

Une semaine après la publication des premières informations concernant les supposés emplois fictifs de sa femme, François Fillon ne cesse de faire face à de nouvelles révélations, minant chaque jour un peu plus sa campagne. Zoom sur les cinq faits qui entachent le discours de celui qui se posait en "candidat de l'honnêteté".

  • 11. L’embauche de sa femme comme assistante parlementaire

    D’après les dernières révélations du "Canard Enchaîné", Penelope Fillon a été embauchée par son mari en tant qu’assistante parlementaire à trois reprises : de 1988 à 1990, puis de de 1998 à 2002, ainsi qu’après le départ de François Fillon de Matignon, de mai 2012 à novembre 2013. Le suppléant de son époux, Marc Joulaud, a aussi eu recours à ses services de 2002 à 2007. En tout, l’épouse du candidat républicain aurait touché 831.440 euros brut. Embaucher sa femme n’est pas illégal, bien que les sommes sont bien supérieures à ce que touche en moyenne un assistant parlementaire. Mais les journalistes ayant mené l’enquête au "Canard" soupçonnent Penelope Fillon d’avoir occupé ce poste de manière fictive. Dès le lendemain de ces accusations, la justice a ouvert une enquête. Les époux ont été entendus de longues heures lundi 30 janvier.
  • 2L’embauche de sa femme à la "Revue des deux mondes"

    Là encore, les enquêteurs s’interrogent sur la réalité de son emploi. Toujours selon le "Canard enchaîné", Penelope Fillon a travaillé de mai 2012 à décembre 2013 pour la "Revue des deux mondes", l’une des plus anciennes revues littéraires d’Europe. Le propriétaire, un homme d'affaires milliardaire âgé de 76 ans, est un vieil ami de François Fillon. En un an et demi de carrière au sein de cette revue, la femme du candidat n’a rendu que deux textes, comportant respectivement 2.500 et 1.000 signes chacun. Pour le reste, le propriétaire a assuré lui avoir confié une mission de "réflexion stratégique informelle". Elle a au total touché 100.000 euros brut.
  • 3L’embauche de ses enfants au Sénat

    Après la mère, la fille et le fils. Entre 2005 et 2007, François Fillon a également embauché sa fille Marie et son fils Charles. "Il m'est arrivé de rémunérer, pour des missions précises, deux de mes enfants qui étaient avocats, en raison de leurs compétences", déclarait-il le 26 janvier sur TF1. Premier couac : à l’époque, ni sa fille, ni son fils n’étaient avocats. Marie, embauchée pendant 15 mois en 2015, venait tout juste de finir ses études de droit. Elle n’était pas encore diplômée. Charles, recruté en 2007 restera en poste pendant six mois. Il n’avait pas encore fini ses études. Deuxième couac : les sommes versées à ses enfants. À eux deux, Marie et Charles ont touché 84.000 euros brut. Le tout pour des activités "évanescentes" d'"assistants parlementaires", précise le "Canard enchaîné". Le comble pour l'hebdomadaire satirique, c’est qu’à poste égal et à compétences égales, la fille du candidat aurait touché 27% de moins que le fils. François Fillon peut donc désormais s'attendre à être taxé d'appliquer l’inégalité salariale.
  • 44. La "ristourne"

    Selon "Médiapart" et le "Journal du Dimanche" cette fois, le candidat à la présidentielle aurait bénéficié de fonds publics détournés au Sénat. Il aurait touché personnellement, entre 2005 et 2007, environ 25.000 euros provenant de l'enveloppe versée aux sénateurs pour rémunérer leurs collaborateurs. Une enquête a été ouverte à la suite de ces révélations. Pour le moment, l’ancien premier ministre n’est pas inquiété par la justice dans cette affaire, les investigations en cours ne portant que sur des faits postérieurs à 2009.
  • 5Une société de consulting accusée d'opacité

    En octobre dernier, le Canard enchaîné se penchait sur la société de conseil créée en 2012 par François Fillon, baptisée 2F Conseil, dont il est l’unique salarié. D’après l’hebdomadaire, il a gagné grâce à elle plus de 600.000 euros entre juin 2012 et décembre 2015. Comment ? Yannick Jadot, le candidat écologiste, assure qu’il a "travaillé pour des sociétés russes". "On comprendrait alors la complaisance vis-à-vis de Vladimir Poutine", ajoutait-il lors de son interview à BFMTV le 30 janvier.

En vidéo

Affaire Fillon : le point sur les "casseroles" du candidat

Tout savoir sur

Tout savoir sur

Fillon candidat de la droite pour 2017

Plus d'articles

Sur le même sujet

Lire et commenter