Affaire Fillon : le PNF ouvre une information judiciaire, c'est "qu'il n'a pas pu démontrer la réalité des infractions poursuivies", selon les avocats du candidat

Affaire Fillon : le PNF ouvre une information judiciaire, c'est "qu'il n'a pas pu démontrer la réalité des infractions poursuivies", selon les avocats du candidat

JUSTICE - La décision du Parquet national financier est tombée ce vendredi 24 février. La procureure Eliane Houlette a ouvert une information judiciaire dans l'affaire des emplois présumés fictifs de Penelope, la femme de François Fillon, et de ses enfants.

A huit semaines de la présidentielle, trois juges d'instruction ont été désignés pour enquêter sur les soupçons d'emplois fictifs visant la famille de François Fillon, une étape qui pourrait encore fragiliser le candidat de la droite après un mois déjà houleux. Le parquet national financier (PNF) a annoncé dans la soirée avoir ouvert vendredi une information judiciaire pour "détournement de fonds publics, abus de biens sociaux, complicité et recel de ces délits, trafic d'influence et manquements aux obligations de déclaration à la Haute Autorité sur la transparence de la vie publique".

Toute l'info sur

L'affaire Penelope Fillon

Une pratique habituelle selon le PNF et les avocats du couple Fillon

"Nous ne doutons pas qu'à l'issue d'une procédure sereine, avec des juges indépendants, l'innocence de François et Penelope Fillon sera enfin reconnue", ont déclaré leurs avocats dans un communiqué, qui avaient contesté la compétence du PNF dans cette affaire. Selon Mes Antonin Lévy et Pierre Cornut-Gentille, "le PNF confirme, ce faisant, qu'il n'a pas pu démontrer la réalité des infractions poursuivies", alors qu'il aurait pu choisir la voie d'une "citation directe devant le tribunal".

"Donc le PNF n'a pas d'éléments pour une citation directe qui est sa pratique habituelle", souligne aussi un très proche de François Fillon, le sénateur Bruno Retailleau.  Les trois magistrats instructeurs désignés ont désormais la possibilité de convoquer le candidat à l'Elysée à tout moment en vue d'une éventuelle mise en examen ou d'un placement sous le statut intermédiaire de témoin assisté. Mais le calendrier, extrêmement serré, rend peu probable une telle hypothèse avant le scrutin.

Lire aussi

En meeting à Maisons-Alfort, dans la banlieue parisienne, l'ex-Premier ministre n'a pas réagi dans l'immédiat à ce rebondissement. 

Retrouvez ci-dessous les réactions suscitées par cette annonce  >>

En vidéo

Fillon, surtout ne rien laisser paraître

En vidéo

Pour Henri Guaino, le maintien de Fillon est "une forme de suicide collectif"

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

EN DIRECT - Covid-19 : le seuil des 6000 patients en réanimation quasiment atteint

80 gérantes de magasins de lingerie envoient une culotte à Jean Castex

Pavard, Özil, Klopp... les acteurs du foot vent debout contre la Super Ligue

Vers un déconfinement territorialisé en mai ?

Olivier Véran favorable à une levée progressive des mesures par territoire

Lire et commenter