REVIVEZ - Et, en deux secondes, Mélenchon se dédoubla

FUTUR - Pour lancer sa campagne pour la présidentielle, Jean-Luc Mélenchon va réaliser une prouesse technique en se démultipliant à Lyon et Aubervilliers grâce un hologramme. Son meeting se tiendra au même moment que celui de sa rivale et ennemie jurée, Marine Le Pen.

C'est peu de dire que le meeting de Jean-Luc Mélenchon, en chair et en os à Lyon, en hologramme à Paris, était attendu. On pouvait légitimement sentir l'appréhension chez les soutiens du candidat de la France insoumise sur la bonne réussite du projet et des rires qu'un échec aurait suscités. Mais de bide, il n'y eut pas. A 14h30, d'un claquement de doigts à Lyon, le 4e homme de la présidentielle 2012 apparut à Paris, tout en réalisme.


Le discours, lui, fut du Mélenchon pur jus, à un détail près : la cible préférée du candidat. Plutôt que Marine Le Pen et le candidat socialiste - idéologie oblige, Benoît Hamon est relativement épargné par les scuds - c'est Emmanuel Macron qui a été l'objet de l'ire de "l'insoumis". Uberisation, écologie, loi Travail, absence de programme... l'ancien patron de Bercy a été rhabillé pour l'hiver. 


Outre ses adresses habituelles sur l'Union européenne, la critique du bilan de François Hollande, Jean-Luc Mélenchon a également précisé un point qui peut refroidir certains de ses potentiels soutiens. Après avoir critiqué l'unanimisme des condamnations des bombardements russes sur Alep, il a répété : "Nous ne voulons pas faire la guerre avec la Russie mais nous ne sommes pas les suppôts de monsieur Poutine". 

Tout savoir sur

Tout savoir sur

Jean-Luc Mélenchon, l'"insoumis"

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter