Dérapages, attaques et meetings offensifs, la campagne reprend ses droits

ÉLECTIONS LÉGISLATIVES 2017
PRÉSIDENTIELLE - Alors que l'affaire Fillon s'éloigne du tumulte médiatique, que font les autres candidats ? Jean-Luc Mélenchon a annoncé avoir réuni ses 500 parrainages à Rome, Benoît Hamon poursuit sa tournée aux Antilles et Marine Le Pen était en réunion à Châteauroux.

Au lendemain d'un vendredi où Benoît Hamon a échauffé les oreilles d'Emmanuel Macron dont il a moqué, au Havre, l'impréparation du discours et du projet en pointant du doigt le très large rassemblement qu'il propose, des anciens communistes aux ultra-libéraux, c'était au tour du candidat de la gauche d'avoir les oreilles qui sifflent. Le rappel à l'ordre a été signé Jean-Luc Mélenchon, en visite à Rome pour un contre-sommet européen avec les tenants d'une réorientation des politiques budgétaires européennes. Au cœur de sa critique : "Le parlement de la zone euro", un "trompe-l'œil" pour le candidat de la France insoumise.


Hamon, qui poursuit donc sa tournée aux Antilles, a aussi subi les foudres de Marine Le Pen, qui, en meeting à Châteauroux, a une fois dit tout le mal qu'elle pensait de "l'UMPS". Dans la même veine, la candidate du FN s'est aussi attaquée à Macron et François Fillon qui, selon elle, sont "des pantins dans les mains des intérêts privés". Macron et Fillon, toujours, en fin de journée, le candidat LR est revenu sur la caricature polémique publiée puis retirée du compte Twitter des Républicains. Et dans un communiqué, l'ancien Premier ministre d'affirmer que "ce dessin est antisémite" et de réclamer "des sanctions en interne". D'ailleurs, après plusieurs jours durant lesquels le candidat de "En Marche !" a subi les attaques et les parfois les dérapages de ces adversaires, Emmanuel Macron sera l'invité du 20 H de TF1 dimanche pour se défendre.

Tout savoir sur

Tout savoir sur

Emmanuel Macron dans la course à l'Elysée

Plus d'articles

Lire et commenter