Législatives : qui sont les têtes d'affiche du grand casting d'En Marche ?

Élections Européennes 2019
CASTING - La commission nationale d'investiture de La République en marche d'Emmanuel Macron a livré jeudi les 500 premières candidatures du mouvement pour les législatives. LCI égrène ces figures connues ou anonymes qui, pour bon nombre d'entre elles, mèneront campagne pour la première fois.

Ils seront les bras armés d'Emmanuel Macron pour les législatives. Les noms de près de 500 candidats investis par La République En Marche ont été dévoilés jeudi par la commission nationale d'investiture du mouvement du nouveau président de la République. Leur mission est cruciale : ils devront permettre d'obtenir une majorité absolue à l'Assemblée nationale s'ils veulent permettre au chef de l'Etat de mener à bien ses réformes. 


Responsables politiques reconnus, citoyens engagés dans les mouvements associatifs, entrepreneurs, avocats, fonctionnaires, les soutiens d'Emmanuel Macron ont trié pendant plusieurs semaines les nombreuses candidatures avec la double contrainte de respecter les principes de parité, d'exemplarité et de diversité promis par Emmanuel Macron. Les 14 premiers avaient été dévoilés début avril. Parmi les noms révélés jeudi, LCI établit la liste de ces personnalités dont le nom vous dira peut-être quelque chose (par ordre alphabétique). 

Aurore Bergé

Le mouvement d'Emmanuel Macron a investi, dans la 10e circonscription des Yvelines, Aurore Bergé, une juppéiste qui avait rejoint sa campagne après la défaite d'Alain Juppé à la primaire de la droite. Agée de 30 ans, cette diplômée de Science Po a débuté au côté de Valérie Pécresse dans les Yvelines. Elle s'était notamment engagée, début 2017, dans Droite-lib, mouvement créé pour soutenir le candidat Fillon et anti-Macron. Elle a, par la suite, invoqué la ligne trop à droite du candidat Fillon pour justifier son ralliement à Emmanuel Macron. Elle affrontera Jean-Frédéric Poisson dans les Yvelines. 

Richard Ferrand

Richard Ferrand, 54 ans, n'est pas seulement le secrétaire général d'En Marche. Le député du Finistère qui a quitté le PS pour rejoindre Emmanuel Macron est logiquement candidat de sa nouvelle famille politique dans la 6e circonscription du Finistère. Cet ancien journaliste (passé notamment par la rubrique juridique d'Auto Moto) est également conseiller régional de Bretagne depuis 2010.  

Gaspard Gantzer

Il est l'homme de l'ombre de François Hollande. Le conseiller presse de l'Elysée Gaspard Gantzer, 37 ans, diplômé de Science Po puis de l'ENA en 2004 - la même année qu'Emmanuel Macron-, sera candidat dans la 2e circonscription d'Ile-et-Villaine. Il a adhéré au PS en 2002, et soutenu Dominique Strauss-Kahn puis Martine Aubry lors des primaires de 2011. 

Benjamin Griveaux

Les Français ont pu le découvrir dans le documentaire diffusé sur TF1 au lendemain du second tour, "Les coulisses d'une victoire". Benjamin Griveaux, 39 ans, est le porte-parole du mouvement En Marche et proche d'Emmanuel Macron depuis 2015. Il sera investi dans la 5e circonscription de Paris. Ancien vice-président du conseil départemental de Saône-et-Loire, ce diplômé de Science Po et de HEC, proche de la fondation Jean-Jaurès, a fréquenté les cercles rocardiens et strauss-kahniens et évolué dans la sphère privée comme cadre chez Unibail jusqu'à fin 2016. Il a également travaillé au cabinet de la ministre de la Santé Marisol Touraine. 

Eric Halphen

Le célèbre magistrat, âgé de 57 ans, cofondateur d'Anticor, est bien sûr connu pour avoir instruit des affaires dans le cadre de la lutte contre la corruption, dont l'affaire des HLM de la ville de Paris. Le juge Eric Halphen, dont la moralisation de la vie politique est l'un des combats, sera investi par le mouvement d'Emmanuel Macron, auquel il s'était rallié en février, dans la 2e circonscription du Calvados, à Caen. Il s'était déjà mis en disponibilité en 2002 pour soutenir la candidature de Jean-Pierre Chevènement avant d'être candidats aux législatives qui avaient suivi dans l'Essonne, sous l'étiquette du Pôle républicain. Il avait ensuite créé son propre parti, le Mouvement pour une alternative républicaine et sociale (Mars) puis a adhéré au Mouvement de l'utopie concrète de l'architecte Roland Castro. 

Barbara Pompili

La secrétaire d'Etat de François Hollande à la Biodiversité, députée écologiste de la Somme depuis 2012, a annoncé en mars son ralliement à Emmanuel Macron, dans la foulée de François de Rugy, avec qui elle partageait les bancs à l'Assemblée au sein du groupe écologiste. Elle est donc investie dans la 2e circonscription de la Somme. Elle avait quitté EELV en 2015 sur fond de désaccords entre partisans et opposants à la participation au gouvernement. 

François de Rugy

Le député écologiste de Loire-Atlantique, âgé de 43 ans, pourra se représenter dans la première circonscription de ce département sous l'étiquette La République en marche. Cet ancien d'EELV (dont il a démissionné avant Barbara Pompili) avait participé à la primaire de la gauche, recueillant 3.82% des voix, avant de rallier Emmanuel Macron. 

Marie Sara

A 52 ans, Marie Sara, ancienne torera à cheval, à la tête des arènes de Saintes-Maries-de-la-Mer et de Mont-de-Marsan, sera la candidate dans le 2e circonscription du Gard. Elle y affrontera notamment le député proche du FN Gilbert Collard. 

Laurence Vichnievsky

Eric Halphen n'est pas le seul magistrat investi par La République en marche. Dans la 3e circonscription du Puy-de-Dôme, c'est Laurence Vichnievsky, 62 ans, qui sera la candidate. Elle est connue notamment pour avoir instruit les affaires Elf, Dumas et des frégates de Taïwan. Engagée avec les écologistes d'EELV en 2010, elle s'est présentée en 2014 à Marseille sur les listes du socialiste Patrick Mennucci, puis lors des départementales de 2015 contre Jean-Noël Guerini dans les Bouches-du-Rhône. Lors des régionales de 2015, après un rapprochement avec le Modem, elle a rejoint la liste de Laurent Wauquiez (LR) en Auvergne Rhône-Alpes et est aujourd'hui conseillère régionale. 

Cédric Villani

Cédric Villani, 43 ans, mathématicien surdoué (médaille Fields 2010) et directeur de l'institut Henri-Poincaré, sera investi dans la 5e circonscription de l'Essonne, où il habite. Le scientifique, connu pour son look de dandy baroque, avait soutenu Emmanuel Macron durant sa campagne, estimant que ce dernier était "le candidat de la réconciliation", fort d'un projet européen. Il a été enseignant-chercheur à l'ENS Lyon, puis à l'université de Lyon, Atlanta, Berkeley et Princeton aux Etats-Unis. Sur le plan politique, le mathématicien de renom s'était déjà illustré en président le comité de soutien de la socialiste Anne Hidalgo durant les municipales de 2014 à Paris. 

Et aussi...

Parmi les candidats investis : 

- Marion Buchet, une pilote de chasse qui a été engagée notamment en Syrie (5e circonscription de Meurthe-et-Moselle)

- Marie Guevenoux, ancienne attachée parlementaire d'Alain Madelin, puis présidente des Jeunes populaires (UMP), fidèle d'Alain Juppé, ralliée à Emmanuel Macron après l'affaire Fillon, candidate dans la 9e circonscription de l'Essonne. 

- Laurent Zameczkowski, dirigeant d'une entreprise du secteur de l'audiovisuel, n'ayant aucune expérience politique, sera le candidat dans la 6e circonscription des Hauts-de-Seine, qui rassemble Puteaux, Neuilly et Courbevoie. 

- Francis Giudici, maire de Ghisonaccia, est le candidat de la 2e circonscription de Haute-Corse. Il avait pris un arrêté d'interdiction contre l'usage du burkini durant l'été 2016.

Tout savoir sur

Tout savoir sur

La présidence Macron

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter