Eric Dillies (FN) veut incarner "la seule véritable opposition" à Lille

Eric Dillies (FN) veut incarner "la seule véritable opposition" à Lille

DirectLCI
ELECTIONS – Avec avoir triplé son score (17%) au premier tour par rapport à celui de 2008, le candidat FN Eric Dillies se maintient ce dimanche en vue d’une triangulaire contre Martine Aubry (PS) et Jean-René Lecerf (UMP-UDI). Il répond aux questions de metronews.

Avec 17% des voix, vous gagnez douze points par rapport à votre score de 2008. Comment expliquez-vous ce résultat ?
Il s’agit d’un long travail d’implantation locale, notamment auprès des électeurs des quartiers populaires. Martine Aubry perd douze points et Jean-René Lecerf (UMP-UDI) se maintient à peine. Le vote d’opposition s’est donc tourné vers moi. Les Lillois ont compris que je ne suis pas un extrémiste et que je suis le seul à proposer la seule véritable opposition.

Jean-René Lecerf a refusé votre proposition d’alliance au second tour.
Je le regrette. C’était l’occasion de mettre fin à plus de soixante ans de gestion catastrophique socialiste. En réalité, il a été poussé à se présenter contre Martine Aubry. Il joue la comédie de l’opposant et repartira. Moi, si je ne suis pas élu maire, je vais me battre au conseil municipal pour demander sytématiquement des comptes. Et dans six ans, je serai encore là !

Quelles seraient vos deux premières actions, si vous étiez élu ?
Tout d’abord rétablir la sécurité à Lille , qui est la première des libertés. Je triplerai le nombre de policiers municipaux, en les armant et en les associant à l’action de la police nationale. Ensuite, je m’attaquerai réellement au chômage, qui atteint les 20% à Lille et jusqu’à 40% dans certains quartiers. Martine Aubry a juste été capable de faire venir des cadres de Paris, alors que des centaines de PME ont besoin d'être mieux accompagnées pour embaucher des Lillois. Au lieu de cela, elle met 15% du budget pour organiser des méga fêtes.

Pensez-vous disposer d'un réel réservoir de voix ?
Absolument. En tant que seul réel opposant au système, j’appelle au vote les cocus du Front de gauche, ceux des petites listes , ainsi que les abstentionnistes. Tous ceux qui veulent dire stop à la gouvernance de Martine Aubry. Avec elle, personne n’a le droit de s’exprimer. Elle est en haut de son donjon et se sent insultée dès qu'on n'est pas d'accord avec elle, y compris par une vote sanction. Pendant cette campagne, elle a refusé tout débat. C’est une insulte à la démocratie.

Sur le même sujet

Plus d'articles

Lire et commenter